ALBERTINI François

Par Robert Kosmann

Né le 11 août 1930 à Paris (XIVe arr.), mort le 7 février 2020 à Paris (XIVe arr.) ; inspecteur des impôts ; syndicaliste FO des Impôts, puis secrétaire national du Syndicat indépendant des contributions directes, co-fondateur et secrétaire national du Syndicat national unifié des impôts (SNUI-Solidaires).

Le père de François Albertini, Jean Mathieu Albertini, fut d’abord berger en Haute-Corse avant d’être facteur des postes à Paris. Sa mère, Marie, était femme au foyer, mère de cinq enfants. François Albertini vécut son enfance à Paris, fit des études primaires puis secondaires au lycée Buffon. Après le baccalauréat, il continua à la faculté de droit de Paris (Panthéon) puis entra comme élève à l’Institut d’études politiques de Paris avant d’intégrer, par concours, l’École nationale des impôts, à Paris, en 1954.

Après quelques métiers alimentaires — vacataire dans une compagnie d’assurances en 1947, puis surveillant en centre d’apprentissage et à l’école Boulle de Paris (1950-1954) ― l’essentiel de sa carrière s’effectua au sein de l’administration des Impôts, aux Contributions directes tout d’abord. Il passa successivement les grades d’inspecteur des impôts, puis inspecteur central, inspecteur principal, directeur divisionnaire, receveur principal et conservateur des hypothèques.

Délégué des inspecteurs élèves de 1954 à 1956, pendant sa scolarité à l’École nationale des impôts, il mena la première grève des inspecteurs élèves des Impôts, en 1955. Affecté en premier poste dans le département du Nord, en mai 1956, il adhéra à la section du Nord du syndicat FO des cadres des contributions directes et du cadastre et, de 1958 à 1960, il fut le secrétaire départemental de cette section.

En désaccord avec la confédération CGT-FO, François Albertini contribua à la fusion du syndicat des cadres FO avec le Syndicat autonome des agents (issu de la CGT en 1948/1949) pour construire un syndicat unifié ouvert à tous les agents de l’administration des Contributions directes dans un premier temps, puis des Impôts en 1968. Il fut, de 1960 à 1962, secrétaire de la section du Nord de l’association mise en place entre les deux syndicats pour préparer leur fusion, puis, de 1962 à 1966, secrétaire de la section du Nord du nouveau Syndicat national unifié des contributions directes (qui n’était affilié à aucune confédération et était considéré comme « autonome ». Il participa à l’unification progressive des personnels de cette administration pour qu’en 1968 soit créé le SNUI (Syndicat national unifié des impôts), qui allait devenir aux élections professionnelles de 1982 le premier syndicat des impôts, devant la CGT, et qui représentait, en 2012, 20 000 syndiqués sur un ensemble de 75 000 agents. François Albertini entra au bureau national du SNUI en avril 1966 et devint secrétaire national. Il fut le secrétaire général du SNUI de 1967 à 1974.

François Albertini fut ensuite directeur de la publication du Guide pratique du contribuable, revue annuelle et guide pour remplir les déclarations à l’administration des Impôts. Aux élections professionnelles, il fut membre de la Commission administrative paritaire (CAP) des agents de catégorie A (départementale), membre du Comité technique paritaire central (CTPC) au niveau de la Direction Générale des Impôts, et membre du Comité technique paritaire ministériel (CTPM) au niveau supérieur du ministère des Finances.

Sur le plan familial François Albertini épousa une collègue inspectrice des impôts qui devint également conservatrice des hypothèques et ils eurent un enfant. En 2012, François Albertini était toujours syndiqué à l’union des retraités de l’Union syndicale SNUI-Sud Trésor Solidaires et participait encore aux manifestations organisées à Paris auxquelles appelait son organisation et aux réunions du conseil de son syndicat dont l’appellation était désormais « Solidaires Finances Publiques » depuis le congrès de juin 2012.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158646, notice ALBERTINI François par Robert Kosmann, version mise en ligne le 6 mai 2014, dernière modification le 26 novembre 2020.

Par Robert Kosmann

SOURCES : Brochure « Un syndicat, une histoire  », SNUI 1992. ― Entretien avec François Albertini, mai 2012. — Bulletin Solidaires finances publiques. — Site Internet : deces.matchid.io (notes de Louis Botella).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément