LAFRASSE Robert

Par Michel Aguettaz, Michel Germain

Né le 4 novembre 1919 à Annecy (Haute-Savoie), exécuté le 4 juillet 1944 à Bellecombe- en-Bauges, hameau de Glapigny (Savoie) ; hôtelier ; maquisard de l’Armée Secrète AS.

Robert Lafrasse, fils de Adolphe Jean Lafrasse et de son épouse Claudia Mélanie Saddier, épousa Marie-Eugénie Laperrière et fit profession d’hôtelier avec ses parents au col de Leschaux (Haute-Savoie).
Le mardi 4 juillet 1944, les Allemands montèrent une vaste opération contre les maquis des Bauges. Des colonnes armées investirent totalement le massif bauju. L’une d’elle monta depuis Annecy. Paul Suize* et Jean Hugon* furent pris à 6 heures 30 du matin sur la route, peu avant le col de Leschaux. Ils seront fusillés dans la l’après-midi. Les Allemands arrêtèrent ensuite François Jourdan. L’instituteur Vandeputte témoigne : «  …un coup de sonnette retentit. J’allais ouvrir et me trouvait devant un soldat allemand assez âgé, assez calme, mais derrière lui, sa cape passé sur sa chemise, coiffé de son béret basque, blanc comme un linge, se trouvait le garde forestier, François Jourdan, d’autres hommes, d’autres Allemands. La mairie fut envahie…Puis on nous fit entrer dans la mairie et on nous interrogea un à un…  ». Après interrogatoire, certains villageois furent relâchés et d’autres gardés à vue dans l’Hôtel du col, tenu par la famille Lafrasse. Pendant ce temps, François Jourdan fut contraint d’emmener une section allemande dans la montagne, où était sensé être le camp A.S. de Paolini. Les maquisards se battirent et si certains réussirent à s’enfuir d’autres furent fait prisonniers. Il était 14 heures environ lorsque les Allemands et leurs prisonniers revinrent à Leschaux.
Faisant partie du maquis AS du Semnoz, Robert Lafrasse fut donc capturé le 4 juillet 1944 dans les environs du col de Leschaux. Emmené au hameau de Glapigny sur la commune voisine de Bellecombe-en-Bauges (Savoie), il fut torturé avant d’être exécuté, vers 15 heures, en même temps que quatre autres maquisards : Raymond Bel, Roger Bitchostowsky, Cyrille Garin etFrançois Jourdan.
Robert Lafrasse fut reconnu « Mort pour la France » (dossiers n° 99 216 et 100 359). Il figure sur le monument élevé par les résistants au hameau de Glapigny (Bellecombe-en-Bauges) et sur le monument aux morts de Leschaux, mais pas sur les plaques d’Annecy.


Bellecombe-en-Bauges (Savoie) : 4 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158744, notice LAFRASSE Robert par Michel Aguettaz, Michel Germain, version mise en ligne le 7 mai 2014, dernière modification le 2 mars 2020.

Par Michel Aguettaz, Michel Germain

SOURCES : Arch. Dép. Savoie, 961 W 31. — Arch. Mun. Bellecombe-en-Bauges. — Michel Germain, Le prix de la liberté, La Fontaine de Siloé, 1993. — Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément