PLOUZEAU Constant, Julien

Par Gérard Boëldieu

Né le 12 mai 1920 à Bouër (Sarthe), mort le 1er février 2012 au Mans (Sarthe) ; instituteur de cours complémentaire, directeur de CEG, principal de collège dans la Sarthe ; militant syndical ; mutualiste.

Plouzeau au début des années 1980.
Plouzeau au début des années 1980.

Constant Plouzeau naquit au domicile de ses grands-parents paternels. Ses parents, dont il fut l’enfant unique, résidaient au Luart, commune voisine de Bouër, où son père était sabotier. Ce dernier, titulaire de la Croix de guerre, était un invalide de la Grande Guerre (amputé d’une jambe). Pupille de la nation à compter du 15 mai 1923, Constant Plouzeau prépara au cours complémentaire de La Ferté-Bernard le concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs du Mans qu’il réussit en 1936. En 1939, titulaire du brevet supérieur, il obtint son premier poste d’instituteur au cours complémentaire de La Ferté-Bernard.

Le 22 juin 1943, au Breil (Sarthe), il épousa Paulette, Camille Chevereau, institutrice. Admise à l’École normale d’institutrices du Mans en 1940, cette dernière fut, en raison des réformes de Vichy, parmi les premières institutrices bachelières. En poste à Dehault, non loin de La Ferté-Bernard au moment de son mariage, elle fut mutée dans cette ville peu après. Le couple eut deux garçons.

Après un temps passé à l’armée comme engagé volontaire à la Libération, Constant Plouzeau poursuivit sa carrière d’enseignant à Écommoy, chef-lieu de canton, de 1946 à 1959, puis au Mans, de 1959 à sa retraite, en 1976. D’instituteur-adjoint au cours complémentaire d’Écommoy, il passa directeur du cours complémentaire Pierre-Philippeaux au Mans, dans le quartier de Pontlieue, établissement dont il accompagna et géra les transformations successives, d’abord comme directeur, comme principal ensuite, après sa nomination dans l’enseignement secondaire par arrêté ministériel du 7 août 1969, ce cours complémentaire étant devenu collège d’enseignement général (CEG) puis collège d’enseignement secondaire (CES).

Constant Plouzeau s’impliqua dans la pédagogie active en tant qu’instructeur des Centres d’entraînement aux méthodes actives (CEMEA) et directeur de camps d’adolescents en montagne. Après 1968, il fit partie de l’équipe d’animation pédagogique de l’académie de Nantes.

Jusqu’à la fin des années 1960, Constant Plouzeau milita au Syndicat national des instituteurs (SNI), au sein de la tendance “autonome”, majoritaire dans la section de la Sarthe jusqu’en 1971. Entré au bureau syndical de sa section en novembre 1951, constamment réélu, il siégea à la CA départementale de la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) puis, à partir de la fin de 1957 et durablement, il fut responsable de la commission “Cours complémentaires”, devenue en 1961 commission “des CEG”. Il siégea aussi à la commission nationale des CEG. En 1958 et 1961 il fut élu membre suppléant de la commission administrative paritaire départementale des instituteurs. De 1965 à 1970 il y siégea comme titulaire au tire du personnel des CEG.

Sur le plan national, il intervint sur les questions pédagogiques. Lors de la journée pédagogique précédant le congrès national du SNI de Brest, le 16 juillet 1958 consacrée au « caractère original de l’enseignement dans les cours complémentaires et les orientations possibles des élèves », il estima que le concours des professeurs des cours complémentaires était trop dur. Lors des Journées nationales d’études du SNI (16-18 février 1961), il fit partie de l’équipe qui présenta un rapport sur les "travaux dirigés, les travaux expérimentaux dans le cycle d’observation".

Secrétaire général de la section sarthoise de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale pendant une bonne vingtaine d’années, de 1972 à 1993, Constant Plouzeau s’impliqua dans le même temps dans l’animation du club des enseignants retraités, créé au sein de la section en 1971 : membre du bureau (vice-président 1991), organisateur de sorties pédestres (en 1983, 1984, 1989…).

Après sa retraite, il présida l’association des anciens élèves des écoles normales du Mans. À ce titre, il siégea à leur conseil d’administration.

Ses obsèques civiles furent célébrées le 6 février 2012. Titulaire de la médaille d’argent de la Jeunesse et des Sports (1953), Constant Plouzeau était chevalier du Mérite national (1976) et commandeur dans l’ordre des Palmes académiques (1982).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158757, notice PLOUZEAU Constant, Julien par Gérard Boëldieu, version mise en ligne le 8 mai 2014, dernière modification le 8 avril 2021.

Par Gérard Boëldieu

Plouzeau au début des années 1980.
Plouzeau au début des années 1980.

SOURCES : Archives de la mairie de Bouër. — [Bulletin départemental de l’enseignement primaire (puis de l’Éducation nationale). — L’Instituteur syndicaliste, organe de la section sarthoise du SNI. — Bulletin de la section sarthoise de la MGEN (MGEN Sarthe Information ; INTERFACE à partir de mai 1993). — L’Ecole libératrice. — Presse quotidienne locale : 19 février 1982 (“M. Constant Plouzeau, commandeur” [dans l’ordre des Palmes académiques] ; 2 février 2012 (faire-part de décès). – Entretien avec madame Paulette Plouzeau, le 30 octobre 2O13. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément