POCHAN André, Pélissier, Robert

Par Jacques Girault

Né le 5 juillet 1891 à Fourmies (Nord), mort le 4 février 1979 au Cannet (Alpes-Maritimes) ; professeur ; résistant ; spécialiste de l’égyptologie.

Fils d’un tailleur d’habits, originaire de Belgique, André Pochan, frère cadet de Fabien Pochan, fut élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Douai (Nord) de 1908 à 1911, et fut détaché comme instituteur à l’école primaire supérieure de Calais (Pas-de-Calais) en 1911. Deux ans plus tard, titulaire du certificat d’aptitude au professorat des écoles normales et des EPS, il fut nommé professeur de sciences à l’école primaire supérieure de Valenciennes (Nord).

Mobilisé au début de la guerre comme sous-lieutenant d’infanterie, il fut blessé deux fois en septembre 1914, mutilé de la face. Devenu officier de renseignements à partir d’octobre 1915, il fut blessé à nouveau, hospitalisé jusqu’en mars 1918, et rejoignit l’état-major jusqu’à sa démobilisation en juillet 1919. Il s’était en février 1918 à Vincennes (Seine/Val de Marne).

André Pochan reprit son poste de professeur à l’EPS de Valenciennes à la rentrée 1919. Mis à la disposition du ministère des Affaires étrangères comme professeur aux lycées français de Salonique de 1927 à 1931 puis du Caire (Egypte) de 1931 à 1936, il fut aussi chargé de l’économat dans ce dernier. Pendant ce séjour en Egypte, il se livra à des recherches archéologiques, présenta cinq communications à l’Institut d’Egypte et écrivit six articles dans des revues d’archéologie d’Egypte ou dans le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (« Contribution à l’étude de la métrologie des anciens Egyptiens ») de 1933 à 1937.

De retour en France, appuyé par Joseph Brenier, président de la Ligue française de l’enseignement, il obtint un poste de professeur à l’EPS de Rambouillet (Seine-et-Oise/Yvelines) en 1937, puis l’EPS de Versailles, qui devint collège Jules Ferry, où il fut nommé pour enseigner les sciences physiques et la chimie en 1939. Il habitait Montesson.

Il fut mobilisé au début de la guerre comme capitaine. Le 12 octobre 1942, dignitaire de la Franc-maçonnerie, il fut déclaré démissionnaire d’office et s’engagea dans la Résistance. Commandant du centre de combat A de la région de Paris, dénoncé, arrêté par la Gestapo le 28 avril 1943, après neuf mois à la prison de Fresnes, il fut déporté en janvier 1944 à Buchenwald-Weimar, puis peu de temps après transféré à Mauthausen.

À son retour en France, il occupa un poste de professeur au collège Chaptal à Paris jusqu’à sa retraite en 1952.

Des recherches sur la chronologie égyptienne occupèrent une partie de son activité. Il publia un ouvrage en 1962, complété à deux reprises jusqu’en 1968, sous le titre Les calendriers des anciens Egyptiens : restitution formelle de la chronologie égyptienne, les Hébreux en Egypte (Montesson). Il s’interrogea sur des pyramides et notamment celle de Khéops.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158766, notice POCHAN André, Pélissier, Robert par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 mai 2014, dernière modification le 8 avril 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : L’énigme de la Grande Pyramide, Robert Laffont, 1971.

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 25530. — Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément