VASSEUR Jules

Par Raynald Daubresse, Christian Lescureux

Né le 12 octobre 1913 à Provin (Nord), fusillé le 13 juillet 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; ouvrier mineur ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de François et Hermance (née Grard), Jules Vasseur était marié à Clémence (née Personne) et père de quatre enfants. Il était domicilié à Carvin (Pas-de-Calais), au 106 cité 1900.
Il appartenait à la cellule communiste de la fosse 4 des mines d’Ostricourt depuis 1936.
Rentré de captivité en 1941, recruté dans l’organisation clandestine du Parti communiste par Frédéric Défontaine, qu’il remplaça comme responsable de la cellule communiste de Carvin puis responsable « O » de la section de Wingles, Meurchin, Pont-à-Vendin, Estevelles, Vendin-le-Vieil et Annay-sous-Lens, il prit part au sabotage de la sous-section électrique no 12, dite de la garderie, des voies navigables à Ramillies (14 décembre 1941), à celui de la machine d’extraction de la fosse 4 des mines d’Ostricourt, aux cambriolage d’une épicerie à Billy-Berclau, de fermes à Wingles (17 et 23 avril 1942) et des mairies de Douvrin, Harnes, Haisnes-la-Bassée (25 avril 1942).
Arrêté le 27 avril 1942 par la gendarmerie française à Carvin pour « menées communistes, détention illicite d’armes, activité bolchévique, vol, sabotage et agression contre la Wehrmacht », il fut incarcéré à la maison d’arrêt Saint-Nicaise à Arras.
Condamné par le tribunal militaire allemand d’Arras (OFK 670) à cinq fois la peine de mort le 8 juillet 1942, en même temps que vingt et un camarades, il a été fusillé le 13 juillet 1942 à 20 h 08 dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158825, notice VASSEUR Jules par Raynald Daubresse, Christian Lescureux, version mise en ligne le 12 mai 2014, dernière modification le 26 mars 2017.

Par Raynald Daubresse, Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022, 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 208, 213. – Mémorial des fusillés d’Arras.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément