RODIER Basile, Adrien

Par Alain Prigent

Né le 1er janvier 1895 à Grandrieu (Lozère), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; épicier à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne).

Basile Rodier était le fils de Claude Rodier, tailleur d’habits au lieu-dit Florensac en Grandrieu, et de Léonie Champs, ménagère. Marié à Baptistine Granier, il était domicilié 45 rue de Créteil, devenue avenue du Général Leclerc, à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) où il exerçait, selon un document allemand, le métier d’épicier.
Arrêté par les Allemands le 7 août 1942 à Maisons-Alfort, il fut interné au fort de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis). Veuf, il vivait au moment des faits avec sa belle-sœur, Juliette Granier. Fusillé le 11 août 1942 à 11 h 50 au Mont-Valérien, en même temps que quatre-vingt-sept autres otages, il fut incinéré au crématorium du Père Lachaise puis inhumé au cimetière de Bagneux.
Selon Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse, les fusillés du 11 août 1942 étaient pour la plupart des militants communistes et avaient entre dix-huit et cinquante-neuf ans.
La mention « Mort pour la France » a été inscrite à son acte de décès le 2 août 1948.

Son fils René Rodier militant communiste clandestin et membre de l’OS, fut fusillé le 22 août 1942.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158849, notice RODIER Basile, Adrien par Alain Prigent, version mise en ligne le 14 mai 2014, dernière modification le 19 février 2021.

Par Alain Prigent

SOURCES : DAVCC, Caen, 21P531863. – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Arch. Dép. Lozère, registres d’état civil numérisés consultables en ligne. — Site Les fusilles-maisonnais.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément