BOULANGER Louis

Par Jean-Pierre Besse

Né le 25 août 1916 à Demangeville (Haute-Saône), fusillé le 6 avril 1944 à Frotey-les-Vesoul (Haute-Saône) suite à une condamnation à mort ; chef de culture ; résistant au sein des FTPF.

Monument au cimetière de Corre. Clichés H.F. Billy

Fils d’un ancien combattant mort pour la France pendant la Première Guerre mondiale, Louis Boulanger, âgé de dix-huit ans s’était engagé dans l’armée, 11e régiment des Chasseurs de Vesoul. Pendant la guerre, célibataire, il travaillait comme chef de culture à la ferme Mourot à Corre.
Il rejoignit la résistance au sein de la compagnie « La Marseillaise » FTP, au mois de juillet 1943.
Arrêté le 24 février 1944 par les autorités allemandes à la ferme de Vernes pour « attentats contre des écluses, des dépôts d’armes et vols à main armée », emprisonné à Vesoul le lendemain, il fut condamné à mort par le tribunal militaire de Vesoul (FK 661) le 24 mars 1944 et fusillé le 6 avril 1944 à la Combe de Freteuille.
Ce jour dix résistants ont été fusillés.BOULANGER Louis, BOULANGER Maurice, BOZZOLO Georges, FROELIGER Bernard,GALAUZIAUX Émile, GALMICHE Fernand, HAUVILLER Émile,, RICHEBOURG Joseph, SAVET Jean.

Sa mémoire est honorée en Haute-Saône, à Corre, Vesoul, Frotey-lès-Vesoul et au mausolée d’Ambievillers.


Frotey-lès-Vesoul

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158870, notice BOULANGER Louis par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 15 mai 2014, dernière modification le 4 juillet 2019.

Par Jean-Pierre Besse

Monument au cimetière de Corre. Clichés H.F. Billy

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744 et 27 P 15 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément