DELOBEL Louis

Par Christian Lescureux

Né le 14 février 1914 à Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), fusillé le 29 septembre 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; mineur ; militant communiste ; membre des FTPF à Noyelles-Godault.

Fils de Louis Delobel, houlleur, et de Léonie Jolis, ménagère, Louis Delobel s’était marié le 27 juin 1936 à Noyelles -Godault (Pas-de-Calais) avec Renée Rollez. Il faisait partie de la cellule communiste de la fosse 4 des mines de Dourges, avec laquelle il militait avant guerre.
Au début de l’année 1942, sur le point d’être arrêté par les autorités allemandes, Louis Delobel prit la fuite et rejoignit les FTP dans l’organisation clandestine du Parti communiste, sous le commandement de Charles Debarge. Il participa au cambriolage des mairies de Camblain, Houdain et Ferfay durant le mois d’avril 1942 et fit partie du groupe chargé du vol d’explosif à la poudrière de Beaumont-en-Artois le 29 septembre 1941.
Louis Delobel fut arrêté le 25 août 1942 à Vimy (Pas-de-Calais) par la Feldgendarmerie pour « activité bolchévique, détention d’armes, agression contre la Wehrmacht ». Condamné à mort le 18 septembre 1942 par le tribunal militaire allemand d’Arras (OFK 670), il a été fusillé le 29 septembre 1942 à la citadelle d’Arras.
Son frère Joseph avait été exécuté le 23 juillet 1942. Son épouse, Renée Rollez, fut arrêtée le 19 août 1943 pour « menées communistes ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158891, notice DELOBEL Louis par Christian Lescureux, version mise en ligne le 8 avril 2015, dernière modification le 26 mars 2017.

Par Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais : M 5022/2, 1Z677. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 210. – Liberté, 5 décembre 1944. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément