DELVAL Julien

Par Christian Lescureux

Né le 15 novembre ou décembre 1925 à Carvin (Pas-de-Calais), fusillé le 23 juillet 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; mineur ; membre des Jeunesses communistes, membre des FTPF.

Fils de Marceau, houilleur, et de Madeleine (née Peulmeule), ménagère, Julien Delval, célibataire, fut recruté par Auguste Copin en juillet-août 1941 et adhéra aux Jeunesses communistes clandestines de Carvin. D’abord à la propagande, Julien Delval passa très vite à l’action, d’ailleurs Charles Debarge lui remit un revolver 6,35 mm.
Julien Delval participa à de nombreuses actions du mois de décembre 1941 au 8 mai 1942, date à laquelle il fut arrêté avec ses deux cousins par la gendarmerie française de Carvin pour « menées communistes, détention illicite d’armes, sabotage et terrorisme ».
Condamné à mort pour « actes de sabotage, possession d’arme prohibée et pour avoir favorisé des menées bolchévistes » le 8 juillet 1942 par le tribunal militaire allemand d’Arras (OFK 670), Julien Delval a été fusillé à la citadelle d’Arras le 23 juillet 1942 à 20 h 10avec son cousin Roland Delval dont le frère Marcel Delval a été passé par les armes le lendemain .
Il a été reconnu Mort pour la France.
Son nom est gravé sur le Mémorial d’Arras et sur le monument aux morts de Carvin où une rue a été nommée Delval.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158893, notice DELVAL Julien par Christian Lescureux, version mise en ligne le 15 mai 2014, dernière modification le 2 janvier 2022.

Par Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais : M 5022/2, 1Z677. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 208, 212. – État civil.— Note Christian Hermy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément