DELVAL Roland

Par Christian Lescureux

Né le 2 février 1921 à Carvin (Pas-de-Calais), fusillé le 23 juillet 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; mineur ; membre des Jeunesses communistes de Carvin ; membre des FTPF.

De gauche à droite, Roland Delval, Lucien Arys et Marcel Delval.
La Voix du Nord

Fils de Germain et de Marie Delval, Roland Delval entra dans les Jeunesses communistes de Carvin en 1938. Il poursuivit son action dans l’organisation clandestine du Parti communiste sous l’Occupation en organisant la rédaction et l’impression de tracts. Roland Delval fut alors nommé responsable de Carvin, en liaison avec Charles Debarge. Il se chargea de collecter des armes, puis participa à de nombreuses actions. Arrêté le 8 mai 1942 par la gendarmerie française de Carvin pour « menées communistes, détention illicite d’armes, sabotage, terrorisme », Roland Delval fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand siégeant à Arras (OFK 670) le 8 juillet 1942 et fusillé le 23 juillet 1942 à la citadelle d’Arras avec son frère Marcel Delval et son cousin Julien Delval.
Il a été reconnu Mort pour la France.
Son nom est gravé sur le Mémorial d’Arras et sur le monument aux morts de Carvin. Une rue porte le nom de Derval dans cette commune.

Dernière lettre
 
[Seul fragment qui nous soit parvenu de sa dernière lettre à ses parents]
 
[Sans date]
La mort ne m’effraie pas, ma chère maman, sois courageuse, comme l’a toujours été ton fils. Je serai fort et calme ; je l’ai toujours été, mais je veux encore vous dire que je suis fier d’avoir combattu pour mon grand Parti, le seul de demain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158894, notice DELVAL Roland par Christian Lescureux, version mise en ligne le 15 mai 2014, dernière modification le 15 octobre 2020.

Par Christian Lescureux

De gauche à droite, Roland Delval, Lucien Arys et Marcel Delval.
La Voix du Nord

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais : M 5022/2, 1Z677. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 207, 212. – Lettres de fusillés, Éditions France d’abord, 1946, p.62. — Liberté, 1944.— Documents communiqués par Christian Hermy, octobre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément