BLANC Michel, Adrien

Par Jean-Pierre Besse

Né le 31 mars 1921 à Cassis (Bouches-du-Rhône), exécuté le 10 août 1944 à Vieugy (Haute-Savoie) ; artisan plombier ; résistant FTP de Haute-Savoie, lieutenant FFI.

Michel Blanc était le fils d’Augustin Blanc, marin, et de Eugénie Bouquier, sans profession. Après l’école primaire et le certificat d’études, il entra en apprentissage et devint artisan plombier. Il était domicilié à Cassis.
Réfractaire au STO, il arriva en Haute-Savoie en mars 1943. Il appartenait aux FTP depuis janvier 1943. Il intégra le détachement de la Vallée verte sous les ordres de Romain Baz. Il créa la compagnie FTP (Francs-Tireurs et Partisans) de Boëge et commanda la compagnie FTP 93-23 du 1er mars 1944 au 15 juillet 1944. Puis il reconstitua la 93-03 avec André Allombert.

 Selon un rapport de 1945 rédigé par un responsable des FTP :
 « Le 3 août 1944, un détachement de la 3e Cie composé d’une quinzaine d’hommes et commandés par le lieutenant Michel Blanc convoyait un camion transportant des munitions provenant d’un parachutage effectué la veille au plateau des Glières lorsqu’un camion piloté par le FTP Forestier Gérald se trouve brusquement en présence d’une patrouille allemande forte de huit hommes qui ouvrit immédiatement le feu sur le véhicule qui en très mauvais état de marche ne put accélérer. L’accrochage eut lieu sur la route de la Muraz à Mornex à onze heures. Le détachement FTP n’étant pas armé fut obligé de se rendre et conduit immédiatement au PC allemand sis Pax Hôtel à Annemasse.

Au cours de cet engagement les FTP Blondet Hubert, Moliére Jean et Flor Olivier furent grièvement blessés.

Le lieutenant Michel Blanc était transféré quelques jours après à la prison Saint-François d’Annecy et lâchement fusillé le 10 août à Vieugy tandis que ses compagnons grâce à son héroïque conduite étaient relâchés peu après ». Atrocement torturé, il avait affirmé avoir forcé ses compagnons à l’accompagner.

Il reçut à titre posthume la Médaille militaire et la Croix de guerre. La mention Mort pour la France lui fut attribuée le 9 avril 1946.

Il existe une rue Michel Blanc à Cassis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158917, notice BLANC Michel, Adrien par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 26 mai 2014, dernière modification le 26 septembre 2021.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES DAVCC, Caen, 21P 277440 et 21P247045. — La Résistance en Haute-Savoie, CD ROM AERI, 2006. — . — Michel Germain, Hommage aux 450 fusillés ou massacrés de la Résistance en Haute-Savoie, CRD74, éditions de l’ANACR, 2018.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément