BATTINI Jean-Pierre, Toussaint

Par Jacques Girault

Né le 20 février 1934 à Rabat (Maroc) ; professeur ; militant syndicaliste (SNET puis SNES).

Fils d’un descendant de petits paysans corses, devenu inspecteur des douanes et d’une future militante de l’Union des femmes français, qui vinrent par la suite habiter Marseille, Jean-Pierre Battini fut seulement baptisé. Il effectua les premières années de sa scolarité secondaire au lycée Gouraud de Rabat, puis à Marseille, de la seconde jusqu’à la classe de mathématiques spéciales. Entré en classe préparatoire au lycée Chaptal à Paris, il fut reçu à l’École normale supérieure de l’Enseignement technique en section A (mathématiques), 1956-1960.

Jean-Pierre Battini adhéra à l’Union des étudiants communistes. Areligieux, matérialiste, rationaliste, il conserva des liens avec des milieux catholiques de l’ENSET. Membre du Syndicat national de l’enseignement technique, il participa à de nombreuses actions locales et parisiennes. Professeur au lycée technique d’Alès (Gard) de septembre 1960 à février 1961, membre du Parti communiste français, secrétaire de sa cellule, il participa au comité et au bureau de la section locale. Il fut aussi secrétaire de la section (S1) SNET de son établissement.

Il effectua son service militaire (février 1961-décembre 1962) dans l’armée de l’Air. Après avoir suivi les EOR, il le termina comme sous-lieutenant, enseignant de mathématiques à l’École de l’Air de Salon (Bouches-du-Rhône). Il réussit le concours de l’agrégation de mathématiques en 1962.

Jean-Pierre Battini réintégra l’Éducation nationale comme professeur à l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Etienne, qui venait de se créer, et où il demeura jusqu’à sa retraite en 1994. Secrétaire du S1 du SNET, il appelait à voter pour la tendance « Unité pour une action syndicale efficace » lors des élections à la commission administrative nationale en 1962. Lors de congrès nationaux du SNET, il présida les séances du 5 avril 1960 et du 3 avril 1963. Membre suppléant de la commission administrative nationale de 1963 à 1965, secrétaire de la section départementale de la Loire (S2) et membre de la commission administrative de la section régionale de Lyon du SNET, il la représenta dans les réunions préparatoires à la fusion SNES-SNET.

Il resta pendant quelques années secrétaire de la section du Syndicat national des enseignements de second degré. Il occupa diverses responsabilités dans les directions départementales (S2) et académiques (S3) et se consacra à la défense de l’enseignement technique. Entre 1966 et 1971, il collaborait avec Jean Reynaud, alors responsable national des enseignements techniques supérieurs au SNES. Quand les écoles d’ingénieurs relevèrent de l’enseignement supérieur, il adhéra au SNESup et n’occupa aucune responsabilité.

Jean-Pierre Battini se maria religieusement avec Yvonne Calmes, élève de l’ENSET, section A (1958-1961). Leurs deux enfants reçurent les premiers sacrements catholiques.

Battini militait dans les rangs du Parti communiste français et régulièrement aux initiatives départementales (dialogue avec les chrétiens), aux conférences fédérales, aux campagnes électorales. En désaccord avec les analyses du XXIIIe congrès (mai 1979) et avec le constat d’un « bilan globalement positif » des pays socialistes (février 1979), il quitta le PCF dix-huit mois plus tard.

Retraité, il réadhéra au SNES et à la Fédération générale des retraités.
Jean-Pierre Battini était le frère de Jean-François Battini, de Guy Battini et de Marie-Louise Battini.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15897, notice BATTINI Jean-Pierre, Toussaint par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 12 septembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Le Travailleur de l’enseignement technique. — Renseignements fournis par l’intéressé.— Notes de Jean Reynaud et de Julien Veyret.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément