ZIMMERMAN Hersch alias LEFEBVRE Henri

Par Daniel Grason

Né en 1910 à Stryj en Galicie (Pologne), mort le 25 avril 1942 de ses blessures à Paris Ve arr. ; ingénieur chimiste ; communiste ; volontaire en Espagne républicaine ; résistant FTP-MOI.

Hersch Zimmerman quitta la Pologne en 1932, fit des études en Belgique, il milita dans les milieux étudiants, arrêté, condamné à six mois de prison, il fut expulsé à l’issue de sa peine. Il vint à Paris, communiste de la sous-section juive, il était l’un des responsables de la direction des patronages juifs. En 1936, il s’engagea dans les Brigades internationales, blessé lors des combats, il était rapatrié en 1939. Interné dans les camps de Saint-Cyprien, d’Argelès et de Gurs, il s’évada.

Membre des FTP-MOI du 2e détachement juif, il était chargé avec Salek Bot de la fabrication d’engins explosifs. Le laboratoire clandestin était au 7e étage du 49 rue Geoffroy Saint-Hilaire, à Paris Ve arr. Le 25 avril 1942 les deux hommes devaient préparer une bombe destinée à une action du 2e détachement le 1er mai contre une caserne occupée par les Allemands. Vers 20 heures 25 une très forte explosion ravagea la pièce, tuant Saul Bot alias Yves Moulin et Henri Lefebvre (Hersch Zimmerman). Selon l’enquête policière, des explosifs entreposés dans un meuble métallique auraient été la cause de l’explosion.

Après une rapide enquête de voisinage, les policiers de la BS2 arrêtèrent Macha Lew, tendirent une souricière à son domicile au 1 bis rue Lacépède, Ve arr. Une dizaine de militants étaient arrêtés : Zygmunt Brajlowski, Sonia Gutmann, Tibor Kallai, Szmul Bursztyn, Stanislas Toporowski, Raïssa Rapoport, Natan Dyskin et Samuel Nadler. Les six hommes furent passés par les armes comme otages au Mont-Valérien, les trois femmes moururent au camp d’extermination d’Auschwitz (Pologne). Les policiers eurent des doutes sur l’état civil d’Henri Lefebvre sans parvenir à identifier Hersch Zimmerman.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159106, notice ZIMMERMAN Hersch alias LEFEBVRE Henri par Daniel Grason, version mise en ligne le 26 mai 2014, dernière modification le 13 mars 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 77W 287. – David Diamant, Les Juifs dans la Résistance française 1940-1944, Éd. Le Pavillon, 1971. – David Diamant, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Éd. Renouveau, 1984. – Boris Holban, Testament. Après 45 ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle…, Calmann-Lévy, 1989. – S. Courtois, D. Peschanski, A. Rayski, Le sang de l’étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Fayard, 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément