POUILLE Lucien, Adrien, Charles

Par Jacques Girault

Né le 2 avril 1925 à Polminhac (Cantal), mort le 5 avril 2017 à Bar-le-Duc (Meuse) ; instituteur ; militant du SNI ; militant communiste dans la Meuse, adjoint au maire de Bar-le-Duc.

Fils d’un instituteur et d’une employée des postes, Lucien Pouille obtint le baccalauréat (série « mathématiques »). Instituteur dans la Meuse à partir de 1946, tuberculeux, il séjourna trois ans en sanatorium et subit deux pneumothorax. Il vécut une année en post-cure. En poste d’instituteur à Bar-le-Duc, il se maria en juillet 1950 à Saint-Jean-d’Aulps (Haute-Savoie), avec une institutrice, sympathisante communiste, qu’il avait connue au sanatorium, fille d’un cultivateur. Le couple eut deux enfants.

Instituteur dans la Meuse, Lucien Pouille adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1946. Il rejoignit également la FEN-CGT en 1948, dont il assura le secrétariat départemental à partir d’octobre 1951. Il participa à ses journées d’études organisées du 16 au 18 avril 1952. En mai 1952, il devint secrétaire-adjoint de l’UD CGT. Par la suite, élu au conseil syndical de la section départementale du SNI à partir de 1961, il fut le trésorier adjoint de la section.

Lucien Pouille adhéra au Parti communiste français en janvier 1950 à la cellule de la post-cure de Maisons-Laffitte (Seine-et-Oise/Yvelines). Membre du comité de la section communiste de Bar-le-Duc, puis secrétaire de cette section de 1961 à 1971, il entra au bureau de la fédération communiste en 1955, puis au secrétariat fédéral en février 1956. Devenu premier secrétaire fédéral en 1957, il ne fut pas réélu par la conférence fédérale de 1959, car il suivait des cours à la faculté des sciences de Nancy. Il resta membre du bureau fédéral de 1959 à 1968, responsable de la littérature puis du seul comité fédéral jusqu’en 1972. Il ne fut pas reconduit pour des « raisons familiales ».

Lors des événements de Hongrie en novembre 1956, il avait approuvé un texte du comité local de paix en novembre 1956 qui condamnait l’intervention soviétique. À la réunion du comité fédéral qui suivit, il déclara avoir été « troublé ». Selon Paul Fabbri, qui estimait, le 25 novembre 1956, dans son rapport que Pouille avait « manqué de vigilance », puis, selon le rapport de Léon Delfosse qui suivait la conférence fédérale de 1957, il avait présenté une autocritique « honnête et justifiée dans tout son comportement ». En 1961, dans une réunion du comité fédéral, il critiqua les représentants de la direction du PCF « parachutés » qui étaient en fait des « théoriciens qui ne connaissent rien ». Dans une nouvelle autocritique, il reconnut « qu’il n’avait pas aidé mais au contraire mis une entrave à la marche du Parti » selon le rapport de Jeannette Prin. Elle ajoutait qu’il critiquait le culte de la personnalité dans le PCF.

Aux élections élections de 1956, il figurait en troisième position sur la liste communiste. Candidat à celles de 1958, dans la circonscription de Bar-le-Duc-Commercy, il obtint 5 922 voix sur 68 230 inscrits. En 1962, il était le suppléant du candidat communiste.

Candidat au Conseil général dans le canton de Vaucouleurs en 1955, il le fut à nouveau en 1958 dans le canton de Bar-le-Duc, en 1961 dans le canton de Vavincourt, en 1964 dans le canton de Bar-le-Duc (1 507 puis 2 012 voix sur 11 618 inscrits), puis en 1970 (1 317 voix, quatrième position).

Élu conseiller municipal de Bar-le-Duc en avril 1953, réélu en mars 1959, il ne le fut pas en 1965. Élu conseiller municipal lors des élections complémentaires du 15 novembre 1970, avec toute la liste de gauche, il fut réélu en mars 1971 et devint adjoint au maire délégué à l’enseignement. Placé en vingt-quatrième position sur la liste d’union de la gauche élue le 13 mars 1977, adjoint au maire, délégué à l’enseignement, il fut réélu et conserva cette délégation, le 14 mars 1983 et le 19 mars 1989, en dixième position sur la liste de « rassemblement des forces de gauche pour le développement local et la solidarité ». Il ne se représenta pas en 1995.

Lucien Pouille termina sa carrière enseignante comme professeur d’enseignement général de collège au CES de la rue Theuriet à Bar-le-Duc.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159111, notice POUILLE Lucien, Adrien, Charles par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 mai 2014, dernière modification le 6 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. Bar-le-Duc (B. Achard). — Archives du comité national du PCF. — Notes de Philippe Serrier transmises par Nadège Moreau (SNUipp Meuse).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément