RIOT Joseph

Par Alain Prigent, François Prigent

Né le 15 juin 1918 à Lamballe (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 14 mars 1997 à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ; comptable ; militant de la JOC (1934) ; membre du bureau de l’UD CFTC d’Ille-et-Vilaine (1947-1949) puis secrétaire général de l’UD des Côtes-du-Nord (1949-1953) ; responsable de la Fédération Nationale des Organismes de Sécurité Sociale (1963) ; militant de l’Action Travailliste.

Joseph Riot était le fils de Louis Riot, menuisier, et de Jeanne Guichard, ménagère. Il se maria le 12 mai 1951 à Saint-Brieuc avec Marie-Thérèse Clément.
Son engagement à la JOC fut précoce, il était en effet secrétaire adjoint du groupe de Lamballe en 1934. Après son retour de captivité en Allemagne, il occupa un poste de comptable aux établissements Sabot. Il quitta le département pour l’Ille-et-Vilaine, où il intégra l’union locale de Fougères en 1947 puis le bureau de l’union départementale. Son retour dans les Côtes-du-Nord en 1949 se fit à la demande de l’UD qui traversa alors une crise importante. Employé d’alimentation il dirigea l’UL de Lamballe puis fut élu secrétaire général de l’UD en décembre 1949, poste qu’il conserva jusqu’en 1952. Membre du CA de la caisse régionale des vieux travailleurs salariés (1949-1950), il était représentant élu de la CFTC au conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale des Côtes-du-Nord et de la CRAM (1952-1962). Administrateur de l’hôpital de Lamballe, membre du conseil départemental de l’enseignement technique et de la commission de surveillance du sanatorium de Trestel, secrétaire du conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale de 1952 à 1955, il accéda à la première vice-présidence de la caisse primaire en 1962. Directeur administratif de la caisse de crédit mutuel, il se consacra à partir de 1963 à son mandat national à la Fédération Nationale des Organismes de Sécurité Sociale.
Malade en 1950, il abandonna toutes ses responsabilités étant alors remplacé par Lucien Hervé. Il présenta cependant le rapport d’activité au congrès en décembre 1951. Rétabli, il fut élu secrétaire général au congrès de l’union départementale CFTC le 7 et 8 décembre 1952 puis il accéda à la présidence de l’UD en décembre 1954 poste qu’il occupa jusqu’en 1957. Démissionnaire à l’issu du congrès de l’UD CFTC le 8 décembre 1957, il fut remplacé par Jean Le Faucheur. Il siégea désormais au bureau de l’union départementale au titre de l’UL de Saint-Brieuc.
Militant de L’Action Travailliste, il soutint Roger Huon, professeur au Lycée de Saint-Brieuc, à l’élection cantonale d’avril 1956. Il figura sur la liste de l’Action travailliste conduite par Roger Huon au 1er tour des élections municipales du 23 mars 1959 à Saint-Brieuc. Il s’interrogea dans le périodique, L’Action Travailliste, avec Roger Kergroas sur la lecture du mandement de l’Evêque de Saint-Brieuc la veille de l’élection municipale. Remportées par Maître Poupard, avec le soutien de la Droite et du MRP, les élections furent invalidées. Cependant Joseph Riot ne s’engagea pas comme son camarade de la CFTC Lucien Hervé qui fut candidat sur la liste d’union socialiste et travailliste conduite le 16 août 1962 au 1er tour des élections municipales à Saint-Brieuc par Antoine Mazier, Roger Huon et Pierre Brilleaud liste, qui fusionna avec la liste communiste au second tour et l’emporta.
A partir de 1962, il disparut de l’organigramme des instances de la CFTC.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159134, notice RIOT Joseph par Alain Prigent, François Prigent, version mise en ligne le 27 mai 2014, dernière modification le 27 mai 2014.

Par Alain Prigent, François Prigent

SOURCES :
Arch. dép. Côtes d’Armor CP 131, périodique L’Action Travailliste 12W47, 1192W (Elections municipales de 1959). —Arch. dép. Côtes d’Armor 158J (fonds CFTC-CFDT).—Alain Prigent « Les mondes syndicaux dans les Côtes-du-Nord (1935-1965) », in Christian Bougeard, François Prigent (sd), Des fiches aux fichiers. Les enjeux de la méthode prosopographique : élites politiques et sociales, notables, mondes militants en Bretagne (XVIIIe-XXe siècles), Colloque du CRBC et de l’AMB (Association Maitron Bretagne), 2013. —François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse de doctorat, Université de Rennes 2, 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément