INCOLLINCO Pascal, Dominique

Par Jean-Marie Guillon

Né le 7 juin 1921 à Toulon (Var), fusillé le 31 mars 1944 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; manœuvre ; membre de l’Armée secrète (AS), maquis Robespierre.

Résidant à Toulon, dans le quartier populaire du Jonquet, marié et père d’un fils de deux ans, ce jeune ouvrier, réfractaire au service du travail obligatoire (STO), était parti de chez lui le 13 juillet 1943 pour rejoindre le maquis AS Robespierre, installé au col de Blaux, sur le territoire de la commune de Curbans (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), à la limite des Hautes-Alpes. Ce camp a été l’un des premiers maquis du secteur attaqués par les troupes allemandes. L’attaque eut lieu dans la nuit du 11 au 12 décembre 1943. Les quatorze maquisards faits prisonniers furent incarcérés à Sisteron (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), puis treize d’entre eux furent conduits à la prison des Baumettes, à Marseille, puis à Lyon. La maison dans laquelle le maquis était établi fut dynamitée par les Allemands le 12 décembre vers 11 h. 30. Pascal Incollinco fit partie des dix maquisards condamnés à mort le 6 mars 1944 par le tribunal militaire allemand de la zone sud, qui siégeait normalement à Lyon (Rhône), mais que certaines sources donnent comme siégeant à Nîmes (Gard). Les dix hommes ont probablement été fusillés à Marseille, mais, de fait, l’incertitude règne sur le lieu de leur exécution, les familles ayant été tenues dans l’ignorance et n’ayant pu récupérer les corps.
Il écrivit une lettre à sa famille qui commence par : « 2 heures avant ma mort, ma chère petite femme, je t’écris ces dernières lignes pour te dire que je vais mourir car on va nous fusiller, les Allemands sont là devant la cellule ». Sa fille naquit quelques jours après. La mention « Mort pour la France » lui fut attribuée.
Un monument fut érigé en souvenir des membres du maquis en juillet 2007, y figure aussi le nom de Teyssier qui fut déporté et celui de René Arnaux (ou Arnoux) qui y serait par erreur. Ce monument comporte une orthographe problématique pour certaines victimes. Le nom de Pascal Incollinco figure sur les monuments aux morts des quartiers de Saint-Roch et du Pont-du-Las à Toulon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159147, notice INCOLLINCO Pascal, Dominique par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 28 mai 2014, dernière modification le 7 mars 2020.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : DAVCC, Caen. Notes Thomas Pouty. – Arch. Dép. Var, 1W82. – Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes-de-Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983 et rééd. 1990. – Renseignements fournis par Guillaume Vieira.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément