PROST Roland, René, Ernest

Par Jacques Girault

Né 24 octobre 1925 à Belfort (Territoire de Belfort), - mort le 6 avril 2007 à Belfort ; instituteur dans les Vosges puis à Belfort ; militant du SNI ; militant communiste.

Roland Prost en 1953.
Roland Prost en 1953.

Fils d’un tourneur chez Alsthom, membre de la CGT, et d’une ouvrière à l’usine DMC, également adhérente à la CGT, Roland Prost reçut les premiers sacrements catholiques et rapidement se détacha des croyances religieuses. Élève du cours complémentaire de Belfort, il fut reçu au concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs de Bar-le-Duc (Meuse), et accomplit sa scolarité au lycée de Nancy (Meurthe-et-Moselle) où il obtint le baccalauréat. Pris dans une rafle à Belfort, il fut déporté en septembre 1944 en Allemagne.

En 1945, il poursuivit sa formation d’instituteur à Bar-le-Duc et commença à enseigner dans la Meuse. Exempté du service militaire, afin de se rapprocher de Belfort, il obtint sa mutation dans les Vosges à l’école de Saint Amé. Il fut enfin nommé instituteur à Belfort en 1963, où il termina sa carrière en 1980.

Il se maria en janvier 1948 à Belfort avec la fille d’un ajusteur. Ils eurent une fille. Divorcé, il se remaria en avril 1966 à Grenoble (Isère) avec une institutrice devenue professeur des écoles. Ils eurent un garçon et une fille.

Roland Prost était membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs dans les années 1970. Il était aussi membre du conseil d’administration départemental des Francs et franches camarades.

Il adhéra au Parti communiste français en 1958 à Saint-Amé, par opposition à la constitution fondant la Ve République et milita activement par la suite. Le patronat local chercha à l’éloigner, ce qui put contribuer à son changement de département. Secrétaire de cellule, il entra au bureau de la fédération communiste du territoire de Belfort, chargé de la trésorerie entre 1964 et 1966, puis responsable des intellectuels à partir de 1970. Il diffusa la presse communiste (l’Humanité-Dimanche) pendant une vingtaine d’années. Il militait aussi dans l’association France-URSS. Il fut élu, à partir de la conférence fédérale de 1972 au seul comité fédéral.

Roland Prost fut candidat au Conseil général en 1970 dans le canton de Rougemont le Château. Aux élections municipales de Belfort en 1971, il figurait sur la liste communiste.

Retraité, il devint délégué départemental de l’Éducation nationale. Cruciverbiste, caricaturiste, il relia ses travaux, initiative qui connut un grand succès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159251, notice PROST Roland, René, Ernest par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 mai 2014, dernière modification le 5 avril 2021.

Par Jacques Girault

Roland Prost en 1953.
Roland Prost en 1953.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressé. — Notes de Jean Rausher transmises par la fédération du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément