PUYOO Henriette, Marie [épouse MERDACI]

Par Jacques Girault

Née et morte à Dax (Landes), 31 août 1928-10 février 1992 ; institutrice dans les Landes, en Algérie et en Charente-Maritime ; militante syndicaliste ; militante communiste.

Fille d’un employé à la compagnie des chemins de fer du Midi, Henriette Puyoo, titulaire du baccalauréat, commença des suppléances d’institutrice en octobre 1949 dans les Landes, habitant successivement à Saint-Paul-les-Dax puis à Mont-de-Marsan. Elle fut adjointe d’hygiène scolaire universitaire en 1953. En 1954, elle partit en Algérie et y resta jusqu’en septembre 1963. Elle se maria en septembre 1954 à Saint-Paul-les-Dax avec Mahmoud Merdaci étudiant à Leizig (République démocratique allemande) qui devint ingénieur polygraphe. Elle rejoignit la RDA de septembre 1963 à janvier 1964. Le couple eut une fille puis divorça en 1966.

Elle adhéra à la FEN-CGT en octobre 1949 puis au Syndicat national des instituteurs de 1950 à 1953. Trésorière départementale de la FEN-CGT de 1950 à 1953, elle faisait partie du bureau de l’Union départementale CGT depuis juin 1947.

Henriette Puyoo adhéra au Parti communiste français en avril 1950 à Saint-Paul-les-Dax puis entra au comité de la fédération communiste des Landes de 1952 à 1954 où elle fut chargée de collecter des abonnements à L’École et la Nation. Membre de l’Union de la jeunesse républicaine de France et de l’Union des jeunes filles de France depuis 1945, elle suivit l’école nationale de l’UJFF en septembre 1950. Elle participa au festival mondial de la jeunesse en Roumanie en 1953 et suivit l’école centrale organisée par le PCF pour les instituteurs communistes en avril 1953.

Pendant la guerre d’Algérie, adhérente du Parti communiste algérien, membre du bureau de sa cellule, puis coupée du PCA, alors que son mari était dans la clandestinité, elle expliqua dans le questionnaire biographique rempli pour le PCF : « mon rôle exigé par le parti était de le [son mari] couvrir par ma vie normale aux yeux des gens », ce qui fut facilité par sa grossesse puis les premières années de sa fille. Néanmoins, elle fut arrêtée un jour par la DST à Alger en 1959. Inculpée d’atteinte à la sûreté de l’État et reconstitution de ligue dissoute en 1959, elle bénéficia d’un non lieu en 1960. En 1962, elle fut secrétaire d’une cellule communiste.

Elle rentra en France en septembre 1963, s’installa à La Pallice (Charente-Maritime) puis obtint un poste d’institutrice à l’école primaire Marcellin Berthelot à La Rochelle (Charente-Maritime) en 1965.

Elle réadhéra au PCF et dès 1965 devint secrétaire de sa cellule et membre du secrétariat de la section communiste de La Pallice. Elle entra au comité et au bureau de la fédération en 1965 et en demeura membre jusqu’en 1982, devenant alors membre du seul comité fédéral jusqu’en 1985, année où elle fut mutée dans les Landes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159289, notice PUYOO Henriette, Marie [épouse MERDACI] par Jacques Girault, version mise en ligne le 1er juin 2014, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément