GAUCHE Marcel, Eugène, Émile

Par Michel Dreyfus, Gilles Morin

Né le 16 juin 1901 à Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle) ; représentant de commerce ; militant socialiste de gauche de Meurthe-et-Moselle puis de la région parisienne.

Marcel Gauche était le fils d’un vétérinaire, radical-socialiste, qui fut adjoint au maire de Longwy et joua un rôle important dans la vie politique et sociale du bassin entre 1904 et 1906.

En janvier 1921, alors qu’il était étudiant en droit à Nancy, Marcel Gauche y fonda le groupe « Clarté » et en devint le secrétaire. Il organisa des réunions, dans le local du groupe, puis à la Maison du Peuple. Dans L’Humanité du 11 mars 1921, c’est certainement lui qui versait une souscription en signant : « Gauche M., étudiant communiste, Nancy ».
Mobilisé en juin 1921, il milita aussi aux JC et était inscrit au carnet B depuis le 19 avril 1922, successivement dans la Meurthe-et-Moselle, puis dans la Marne, dans l’Aisne et de nouveau en Meurthe-et-Moselle.

Il milita ensuite à la SFIO jusqu’en 1929. Marcel Gauche fut le trésorier de la section de Longwy de la SFIO. Il fut également membre de la commission exécutive de la fédération de Meurthe-et-Moselle. En juin 1929, il adhéra au Parti socialiste-communiste en expliquant les raisons de son geste dans une longue lettre que L’Unité ouvrière, l’organe du PSC, publia. Il condamnait l’orientation suivie par la SFIO vis-à-vis des éléments réactionnaires et en particulier l’attitude de Doley (probablement Charles Doley*, voir ce nom), secrétaire fédéral de la SFIO à Nancy qui lors des dernières élections municipales avait « pactisé » avec la liste du maire sortant Devit, membre depuis vingt ans de l’Union républicaine démocratique.

En fait, il avait quitté Nancy depuis plusieurs années déjà. En 1927, il résidait à Reims, et y était inscrit au carnet B, puis il s’installa au Kremlin-Bicètre en 1928. Marcel Gauche épousa Raymonde Jacob, née le 26 janvier 1908 à Piedmond (Meurthe-et-Moselle). Il exploita un commerce de vins et charbons à Paris en 1928, puis fut représentant de commerce.

À partir de novembre 1929, Marcel Gauche milita au sein de la section du Kremlin-Bicêtre du Parti socialiste-communiste. Au congrès du PSC qui se tint à Saint-Ouen le 22 décembre 1929, Marcel Gauche fut élu au Comité central. En 1931 il militait au Parti d’unité prolétarienne (PUP) qui avait résulté de la fusion du PSC avec une nouvelle scission du Parti communiste, le Parti ouvrier et paysan. D’après La Liberté du 1er mai 1932, il fut candidat du PUP (« pupiste ») aux élections législatives dans la circonscription de Villejuif.

Dans les années cinquante, il continuait à militer dans les petites formations de gauche proches du parti communiste. Il était membre du comité directeur du Parti socialiste de gauche en novembre 1954. Il déposa le titre Le Socialiste de gauche le 3 février 1958.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159297, notice GAUCHE Marcel, Eugène, Émile par Michel Dreyfus, Gilles Morin, version mise en ligne le 2 juin 2014, dernière modification le 5 novembre 2020.

Par Michel Dreyfus, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 1 M 641, 3 M 92. — Arch. PPo, 1W635/21704. — Archives P. Naville. — L’Étincelle, 1921. — L’Unité ouvrière, n° 89, 15 juin 1929 ; n° 98, 1er novembre 1929 ; n° 102, 1er janvier 1930 ; 1931, passim. — Note de Et. Kagan et de J. Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément