ARPIN Paul [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Journaliste républicain émigré aux États-Unis après le 2 décembre 1851, rédacteur en chef du Courrier des États-Unis.

Ancien journaliste au Siècle et à l’Illustration, républicain anticlérical convaincu, Paul Arpin émigra en Louisiane en 1840. En 1845, il fut nommé directeur de la section française de l’Abeille de La Nouvelle-Orléans. En 1848, lorsque le directeur du Courrier des États-Unis, Frédéric Gaillardet résolut de rentrer en France, il désigna Paul Arpin pour occuper le poste de rédacteur en chef du Courrier des États-Unis. Ce journal eut donc de 1848 à 1853 une orientation politique républicaine qui amena le consul de France à tout tenter pour se débarrasser de cette publication, qu’il accusait d’« empoisonner » l’esprit public, non seulement aux États-Unis, mais « au Mexique, dans les Antilles et dans tous les États de l’Amérique du Sud. » Ses efforts portèrent finalement leurs fruits et le consul obtint du propriétaire du Courier qu’il congédie Arpin et l’ensemble du personnel le 14 mars 1853.

Paul Arpin se consacra dès lors à la littérature. Il rejoignit la rédaction du Républicain a compter du 1er septembre 1854, et il s’efforça de donner à la critique artistique et littéraire « une importance et un développement inusité jusqu’à ce jour dans la presse des États-Unis. »

Proche de Quesne et Souvy (voir ces noms), il fut élu en août 1854 membre du comité de direction de l’Imprimerie démocratique française installée dans les locaux de la Société de la République universelle, 80 Leonard str. (de même que Baron, Caussidière, Écharte, Forbes, Frey, Gerdy, Martinache, Mercier, Raszewski, Ricateau, Rodriguez, Vogeli (voir ces noms). Il résidait alors 122 Est 3e Avenue.

Lors de la fondation du Progrès le 2 janvier 1855, Arpin fut chargé par Malespine (voir ce nom) de traiter des questions américaines.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159355, notice ARPIN Paul [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 3 juin 2014, dernière modification le 3 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCE : Charles Clerc, Les Républicains de langue française aux États-Unis, 1848-1871, Thèse, Univ. Paris XIII, 2001, p. 171-173, 190, 195, 264-265, 269.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément