RAMASSAMY Albert

Par Jacques Girault

Né le 13 novembre 1923 à Saint-André (La Réunion], mort le 4 novembre 2018 à Saint-Denis (La Réunion) ; instituteur puis proviseur ; militant du SNI ; militant socialiste ; conseiller régional, sénateur de La Réunion.

Albert Ramassamy
Albert Ramassamy

Descendant d’originaires de l’Inde, fidèles aux religions catholique et hindoue, Albert Ramassamy, élève du Cours Normal, fut mobilisé à Madagascar en 1943. À la fin de la guerre, il devint instituteur dans l’île de La Réunion. Dans les années 1950, il enseignait à l’école centrale de Saint-Denis, puis au collège d’enseignement général de La Montagne à Saint-Denis.

Membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, il devint secrétaire de la section en 1957. Délégué au congrès national du SNI à Brest, il fut assesseur lors de la première séance, le 17 juillet 1958 et lors de la séance du 19 juillet consacrée au thème « Les responsabilités de l’école et de l’université face aux problèmes que leur impose le devenir de la jeunesse ». L’année suivante, il intervint le 7 juillet 1959 lors de l’examen du rapport moral. Il décrivit la situation scolaire de son département et, dans un deuxième temps, approuva la position du SNI sur l’Algérie. Le lendemain, il fut assesseur dans la séance sur « les conditions de la rémunération ouvrière ».

Mais, après la scission dans la section du SNI en 1963, il quitta la fonction d’instituteur pour devenir professeur agrégé de sciences techniques et économiques (selon le fichier de la BNF qui précisait aussi qu’il était docteur en droit). Nommé en métropole, il devint membre du Comité national d’accueil des Réunionnais en métropole. À la rentrée d’octobre 1964, il fut nommé proviseur du lycée de Saint-Benoît, puis en 1980 du lycée Lecomte de Lisle à Saint-Denis.

Militant du Parti socialiste SFIO depuis 1953, comprenant alors trois membres, Ramassamy suivit son parti dans son opposition à la droite, tout en se montrant vigilant par rapport au Parti communiste réunionnais, formé en 1959, dont il dénonça en 1962, l’aspiration à l’autonomie. En février 1962, il créa un comité de défense de la départementalisation qui devint l’Association Réunion département français, qui, lors de l’élection partielle de mai 1963, soutint la candidature de Michel Debré qui défendait la départementalisation. Aux élections législatives de 1967, candidat de la Fédération de la gauche démocratique et socialiste dans la deuxième circonscription, il mena sa campagne pour la départementalisation et fut battu.

Militant de la Fédération des œuvres laïques de la Réunion, il tente en vain d’accéder à sa direction.

Tout en maintenant que la départementalisation devait s’accompagner de réformes fortes pour l’émancipation des Réunionnais, il s’opposa à la fois aux mesures proposées par la droite locale autour de Michel Debré et au contenu du Programme commun de la gauche, qui, écrivait-il « reconnait aux DOM le droit à l’autodétermination et revoit même la discussion d’un nouveau statut avec les populations concernées. Cette position ne nous satisfait pas, elle nous inquiète. »

Candidat socialiste aux élections législatives de 1978 dans la deuxième circonscription, il fut battu. Mais il fut élu en 1983 conseiller régional et sénateur socialiste, le 25 septembre 1983. Il participa à la commission des lois constitutionnelles, de la législation, du suffrage universel, du règlement et d’administration générale. Lors du renouvellement du Sénat en octobre 1992, candidat, il ne fut pas réélu.

Retiré de la vie politique, mais resté actif à La Réunion, Albert Ramassamy prononçait des conférences et écrivait des articles sur divers sujets concernant la Réunion. Il alimentait un blog : www.zinfos974.com/albertramassamy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159411, notice RAMASSAMY Albert par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 juin 2014, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Jacques Girault

Albert Ramassamy
Albert Ramassamy

ŒUVRE : La Réunion, décolonisation et intégration, Saint-Denis, 1987. — Un engagement pour l’île de La Réunion : sur la vie de mon père, (écrit avec Dominique Ramassamy), Nantes, Opéra, 2001.

SOURCES : Archives du Sénat. — Presse syndicale : l’Ecole libératrice. — Divers sites Internet dont www.mi-aime-a-ou.com.~— Notes d’Eugène Rousse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément