TEILHET Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Militant proche de la mouvance anarchiste, puis membre du PSA et candidat aux élections municipales de 1913 à Farrell (Penn) ; mutualiste et membre fondateur de la section de Mercer de La Solidarité ; franc-maçon, membre du Conseil national de la Fédération américaine du Droit humain après 1912.

Membre de la mouvance anarchiste de Barton (Pennsylvanie), Louis Teilhet figurait en 1895 au nombre des lecteurs-souscripteurs de L’Ami des ouvriers.

Rallié au socialisme, Louis Teilhet s’abonna à L’Union des travailleurs en mars 1902. Il résidait alors à South Sharon (Pennsylvanie). Actif et dévoué, il plaça 9 abonnements dans son entourage en juillet 1905. Quelques mois plus tard, il fit parvenir à la rédaction de l’hebdomadaire socialiste francophone deux commandes de littérature socialiste ainsi que le produit d’une collecte dont il avait pris l’initiative à l’issue d’une conférence animée par Jean Brault, soit 1 dollar 40. Au fil des mois suivants, il effectua des versements conséquents à la souscription permanente (7 dollars 50 en juin 1906) et recueillit encore de nombreux abonnements : ainsi, pour le seul mois de mars 1908, 8 renouvellements et 9 abonnements nouveaux placés avec Jos Bouquegneau. Impliqué dans la préparation de la campagne électorale présidentielle de 1908, il fut accueilli avec un groupe de socialistes franco-américains à bord du Red special, le train de campagne de Debs lors de son passage à Braddock en octobre.

Militant mutualiste, Louis Teilhet annonça l’incorporation d’une section de La Solidarité à Mercer (Pennsylvanie) en novembre 1909, événement qui fut fêté par un banquet au cours duquel il collecta 2 dollars 05 pour le journal. Il fit de même en septembre 1910 à l’occasion d’un repas de famille auquel assistaient Alex Ducœur, Cornu, Anric, etc, recueillant 5 dollars 35 et plaçant un abonnement après qu’Henry Cornu eut chanté L’Internationale. En 1911, il vint à deux reprises visiter les locaux de l’imprimerie de l’hebdomadaire socialiste francophone et saluer les rédacteurs (il fit une nouvelle fois le déplacement en décembre 1913).

Franc-maçon, Louis Teilhet devint en juillet 1912 membre du Conseil national de la Fédération américaine du Droit humain. En mars 1915 il en fut élu vérificateur national.

Membre du PSA, Louis Teilhet figura en 1913 sur la liste des candidats présentés par ce parti à Farrell (Pennsylvanie), désigné pour occuper le poste de recorder (greffier civil) en cas de victoire.

Louis Teilhet demeura un abonné fidèle et généreux de L’Union des travailleurs jusqu’à sa cessation définitive de parution en septembre 1916.

Le 3 avril 1937, malade, il ne put assister aux obsèques de Louis Goaziou. Il figurait toujours à cette date parmi les hauts dignitaires du DH.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159458, notice TEILHET Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 4 juin 2014, dernière modification le 4 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : L’Ami des ouvriers, mai 1895. — L‘Union des travailleurs, 20 mars 1902, 13 juillet, 16 novembre, 28 décembre 1905, 1er mars, 7 juin 1906, 29 août, 5 septembre 1907, 5 mars, 22 octobre 1908, 11 novembre, 9 décembre 1909, 6 janvier, 29 septembre, 8 décembre 1910, 27 juillet, 14 septembre, 15 novembre 1911, 4 juillet 1912, 28 août, 26 décembre 1913, 18 mars, 25 mars 1915, 17 février 1916 entre autres.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément