WAZELLE J.-B. [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Ouvrier verrier d’origine belge ; coopérateur ; membre du SLP puis du PSA ; l’un des principaux soutiens financiers de L’Union des travailleurs.

Ouvrier verrier membre de la section du South Side du Socialistic Labor Party de Daniel De Leon à Pittsburg (Pennsylvanie), J.-B. Wazelle fut désigné en avril 1897 pour siéger en qualité de trésorier au sein du comité d’organisation du bal franco-belge donné au profit du SLP.

Abonné à L’Union des travailleurs et sans doute rallié au PSA, J.-B. Wazelle plaça à lui seul 27 abonnements à l’hebdomadaire socialiste francophone début 1902 à Eldred (Pennsylvanie), où il travaillait à la glacerie coopérative. Lecteur généreux et dévoué, il réagit instantanément à l’appel lancé par le journal pour financer l’achat de nouveau matériel d’imprimerie en avril de la même année, et il fit en mars 1903 une collecte dans son entourage pour financer l’agrandissement du format qui rapporta 12 dollars 50. Il avait également pris l’initiative de faire circuler parmi les verriers une liste de souscription au profit des veuves et orphelins de Fraterville (Tennessee), où un coup de grisou avait fait 250 morts en mai 1902.

En 1904, J.-B. Wazelle plaça à lui seul 40 abonnements d’essai, dont onze se transformèrent des abonnements définitifs. En février 1905, il sollicita les verriers d’Eldred, dont un grand nombre étaient comme lui nés en Belgique, pour venir en aide aux verriers du Vieux Pays alors en grève. Il recueillit 42 dollars 50 et il envoya cette somme directement à Charleroi (Belgique).

Toujours très actif au cours des mois suivants, J.-B. Wazelle continua de recueillir abonnements et souscriptions (25 dollars 55 au total entre juillet 1905 et décembre 1907), et il fit savoir à L’Union des travailleurs que l’ajout d’un supplément de langue anglaise avait été favorablement accueilli par certains lecteurs.

En 1908, J.-B. Wazelle s’installa à Punxsutawney (Pennsylvanie), où il ne tarda pas à reprendre ses activités militantes. Toujours prêt à aider financièrement l’hebdomadaire socialiste francophone, il lui fit don des 6 dollars d’intérêts qui lui étaient dus en décembre 1910.

Proche de la mouvance syndicaliste révolutionnaire, J.-B. Wazelle versa en février 1912 1 dollar à la souscription ouverte au profit des travailleurs de Lawrence (Massachusetts), en grève à l’appel des IWW pour « du pain et des roses », et il prit l’initiative en août d’une collecte pour hâter la libération de leurs deux dirigeants, Joe Ettor et Arturo Giovannitti, qui rapporta 12 dollars 50.

En juin 1913, J.-B. Wazelle décida de repartir passer quelques mois au Vieux Pays, laissant au passage 2 dollars à la rédaction pour qu’elle lui fasse suivre son abonnement. C’est ainsi qu’en septembre il répondit présent depuis Jumet (Belgique) à l’appel lancé pour trouver des volontaires prêts à verser chaque mois 10¢ afin de permettre la constitution d’un fonds de réserve financier. Il était de retour aux États-Unis début novembre, et son nom figurait dans la liste des actionnaires de la coopérative de publication de L’Union des travailleurs rendue publique un mois plus tard. Il continua d’aider ce journal par tous les moyens possibles, et fut par exemple l’un des co-organisateurs d’une tombola qui rapporta 15 dollars 25 en mai 1914.

L’éclatement de la Première Guerre mondiale semble avoir encore renforcé sa détermination à préserver l’existence de l’hebdomadaire socialiste francophone, et son engagement total doit sans doute aussi être analysé comme un accord de fond avec la ligne pro-Alliés défendue par la rédaction du journal. Il se montra préoccupé par le sort des victimes de guerres, et le vieux réflexe de solidarité syndicaliste semble avoir joué lorsqu’il versa son écot à la souscription lancée par la Fédération textile française (affiliée aux IWW) pour soutenir les ouvriers de Philadelphie en grève en juin 1915 ; mais ses activités militantes furent essentiellement consacrées à la diffusion de L’Union des travailleurs puisqu’il parvint à placer neuf abonnements en 1915, alors que les conditions étaient peu favorables. Il versa également 4 dollars 75 à la souscription permanente et figura sur la liste des abonnés jusqu’à la cessation définitive de parution en septembre 1916.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159467, notice WAZELLE J.-B. [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 4 juin 2014, dernière modification le 4 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : La Tribune libre, 7 avril 1897. — L’Union des travailleurs, 20 mars, 10 avril, 12 juin 1902, 5 mars 1903, 4 septembre, 3 novembre, 24 novembre, 8 décembre, 15 décembre, 22 décembre 1904, 9 février, 6 juillet, 2 novembre, 16 novembre. 1905, 3 mai, 28 juin 1906, 28 mars, 19 décembre 1907, 28 octobre, 4 novembre 1909, 29 décembre 1910, 9 novembre 1911, 22 février, 5 septembre 1912, 2 janvier, 9 janvier, 27 février, 3 avril, 5 juin, 18 septembre, 13 novembre, 11 décembre 1913, 22 janvier, 26 mars, 7 mai, 21 mai, 2 juillet, 29 octobre, 12 novembre 1914, 25 février, 29 avril, 1er juillet, 11 novembre, 16 décembre 1915, 6 janvier, 6 avril, 20 juillet, 14 septembre 1916.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément