CHABRIER René

Par Huguette Juniet

Né le 22 avril 1892 à à Lyon (Rhône, IIe arr.), fusillé le 24 mars 1944 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; représentant de commerce ; résistant FFC.

René est le fils de Jeanne Chabrier, domestique. Père inconnu. René a été reconnu par sa mère par acte enregistré le 4 mai 1892 en mairie de Lyon ( IIIe arrondissement )
Marié à Moulins (Allier) le 10 juillet 1920 à Marguerite Bissonnier, employée de commerce. Sur son acte de mariage est noté la profession d’employé de Chemins de fer. Ils ont eu un enfant, une fille. Ils divorceront, jugement du Tribunal de Cusset (03) en date du 18 décembre 1940. Depuis le début des années 1940 il vivait avec sa nouvelle compagne Yvette Poucy et résidait à Vichy(03), 44 Avenue Paul Doumer.
Son parcours militaire : Engagé volontaire en 1911 pour 4 ans à la mairie de Moulins (03 ) Ancien
Combattant contre l’Allemagne du 23 novembre 1914 au 29 août 1919.

Résistant il était affilié aux Forces Françaises Combattantes (FFC) et faisait partie du Réseau Marco Polo de Vichy (à compter du 1er janvier 1943 ?.) avec sa compagne Yvette Poucy.
Il exerçait la profession de représentant de tissus et lingeries : véritable profession ou couverture de son activité de résistant lui permettant de voyager.

Le réseau Marco Polo de Vichy comptait aussi le commissaire Marc-Roland Juge, le sergent Moreau officier de réserve et son épouse née Chapuis Simone. On parle à Vichy d’affaire Juge, Moreau et Chabrier, affaire complexe où ,dans cette petite ville capitale « se côtoyaient la bourgeoisie locale, les hauts fonctionnaires, les collaborateurs, les divers services allemands, les miliciens... »
« L’antenne de Vichy était chargée d’établir des listes de personnes travaillant directement ou indirectement avec les Allemands. Ces listes transitaient par Chabrier et Moreau vers Lyon et Londres »

Ils seront tous les trois arrêtés à des dates différentes « pour espionnage au profit d’une puissance en guerre avec l’Allemagne » article 92B du code militaire allemand qui prévoit presque toujours la peine de mort.
Chabrier fut arrêté le 23 février 1944 par la gestapo en même temps que sa compagne Yvette Poucy qui sera déportée. Détenu dans un premier temps à Vichy au service SIPO-SD, il sera transféré à Moulins le 1er mars 1944 où il sera sérieusement martyrisé, et enfin le 13 mars à Clermont-Ferrand. Il fut condamné à mort, ainsi que Juge et Moreau par verdict du Tribunal de Guerre du 13 mars 1944 suite à l’ ordre d’exécution de 16 prisonniers en représailles d’un attentat - attentat de la Poterne - contre un détachement allemand le 8 mars 1944, rue Montlosier à Clermont Ferrand.
Il fut exécuté le 24 mars 1944 au stand de tir de la prison militaire allemande du 92 à Clermont-Ferrand Après l’exécution son corps fut placé dans un cercueil analogue à ceux utilisés par l’armée allemande et fut enterré au cimetière des Carmes à Clermont-Ferrand. Exhumé le 30 septembre 1944, son corps sera identifié parmi les 16 fusillés par son gendre M. André Chalot employé à la mairie de Clermont-Ferrand.
Aprés des funérailles officielles le lundi 2 octobre 1944 à Vichy son corps fut inhumé cimetière des Bartins dans le carré des corps restitués du cimetière communal de cette ville aux côtés de Juge et Moreau (photo des tombes de Moreau, Juge et Chabrier sur Wikipédia )
Il a été reconnu Mort pour la France Homologué FFC et DIR
Son nom est inscrit à Vichy, sur le Monument aux Morts, le Monument commémoratif, la Plaque commémorative à son nom placée rue Doumer, au Carré des Corps restitués du Cimetière Communal -
A Clermont-Ferrand, au Greffe du Tribunal Civil liste des fusillés 1939-1945

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159478, notice CHABRIER René par Huguette Juniet, version mise en ligne le 4 juin 2014, dernière modification le 23 février 2021.

Par Huguette Juniet

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 116212, dossier Chabrier René (nc). —
Arch. dép. de l’Allier : Registre matricule recrutement N°2353 Moulins. — Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 65, exécution de 16 prisonniers. — Eugène Martres, Auvergne – Bourbonnais Les Archives parlent 1940-1945, Edi. De Borée 2004. — Vanessa Michel, L’attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont, Edition Otrement 2015. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenweb. — Etat civil de Lyon II et Lyon III. Registre des mariages de Moulins.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément