GAWLOWICZ Charles

Par Dominique Tantin

Né le 30 janvier 1921 à Cransac (Aveyron), fusillé au fort du Vert-Galant à Wambrechies (Nord) le 1er juillet 1942 ; ouvrier mineur (houilleur) ; résistant au sein des FTPF.

Charles Gawlowicz, de nationalité polonaise, célibataire, vivait avec ses parents, Marcel, houilleur, et Maria Rozek, ménagère, 16 rue Casimir-Périer à Fenain (Nord).
Il s’engagea dans la résistance communiste dès janvier 1941. En 1942, il était membre des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) du Nord (secteur 3, section 9). Les FTPF constituaient l’organisation militaire du Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France fondé et dirigé par le Parti communiste français (PCF). Avec le grade d’adjudant, Charles Gawlowicz commandait un détachement dans la région de Somain (Nord), commune limitrophe de Fenain. D’après une attestation en date du 16 juillet 1951 signée par Martha Desrumaux, « responsable régionale des FTPF » – titre honorifique puisque Martha Desrumaux fut arrêtée le 27 août 1941 alors que les FTP ne virent le jour qu’au printemps de 1942 –, « dès le début de 1941, il hébergea des résistants. Par la suite il participa avec le groupe de Fenain à divers sabotages, voies ferrées, matériel allemand » (sic), notamment le sabotage de la centrale électrique de la Compagnie des mines d’Aniche à Sin-le-Noble. Un rapport du commissaire de police de Somain en date du 7 novembre 1952 précise qu’il a « saboté la centrale électrique de Hem-Lenglet [Nord], transporté des tracts et de la dynamite, mais aussi [qu’il serait] l’auteur présumé du meurtre commis à Lille dans la soirée du 20 avril 1942 sur la personne d’un soldat allemand ». Il s’agissait en fait d’un aviateur.
Charles Gawlowicz fut arrêté le 4 mai 1942 à Fenain avec un autre mineur, Pawlowski, à son travail à la fosse Édouard-Agache de la Compagnie des mines d’Anzin à Fenain. Il fut spécialement remonté de la mine pour être livré à la police française. Il fut interné jusqu’au 20 mai 1942 à la prison de Douai puis transféré à celle de Loos-lès-Lille (Nord). Il fut condamné à mort le 5 juin 1942 par le tribunal militaire de la Luftwaffe de Lille pour activité communiste, sabotage et attentat contre un aviateur allemand, et fusillé au fort du Vert-Galant à Wambrechies le 1er juillet 1942 à 21 heures. Il fut exécuté avec Alexandre Bouchat, Jean Bracq, Florent Debels, Floris Lehembre et Louis Petit.
Déclaré « Mort pour la France » le 25 mars 1946, Charles Gawlowicz fut reconnu « Interné Résistant » le 11 mai 1955 et homologué adjudant des Forces françaises de l’intérieur (FFI) à titre posthume.
Le 14 avril 2012, une stèle fut inaugurée à la mémoire des 92 fusillés du fort du Vert-Galant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159493, notice GAWLOWICZ Charles par Dominique Tantin, version mise en ligne le 4 juin 2014, dernière modification le 27 mai 2022.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen. – Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord de la France, Villeneuve d’Ascq, Éd. Septentrion, 2013, p. 158-159. – Sites Internet sur les fusillés du fort du Vert-Galant à Wambrechies.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément