LEGRAND François L. (Frank à partir de mai 1903) [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Mineur ; marié et père de famille ; militant libertaire, puis socialiste ; actionnaire de la coopérative de publication de L’Union des travailleurs et collaborateur occasionnel de ce journal ; candidat sur la liste de la section de Primrose du PSA aux élections municipales de 1912.

Travaillant à Rich Hill (Missouri), proche de la mouvance libertaire et abonné à La Tribune libre, François Legrand participa en juillet 1898 à la souscription destinée à financer l’achat d’une nouvelle presse pour ce journal. Il reçut peu après la visite de Julien Bernarding et Henri Evertz (voir ces noms) qui venaient d’être libérés du pénitencier et se mettaient en route pour faire le tour des États-Unis. En novembre, il passa commande de diverses brochures de propagande par l’intermédiaire de la rédaction du journal.

Rallié au socialisme, François Legrand fut l’un des tout premiers abonnés de L’Union des travailleurs en juillet 1901. Il résidait alors à Primrose (Pennsylvanie). En avril 1902, il réagit positivement à l’appel à souscription en vue de financer l’achat de matériel d’imprimerie, et l’année suivante il versa de nouveau son écot pour permettre à l’hebdomadaire socialiste francophone d’agrandir son format. Lecteur actif et dévoué, il plaça dans son entourage une demi-douzaine d’abonnements d’un an durant le seul mois de juillet 1903.

Socialiste convaincu, François Legrand accueillit Louis Goaziou chez lui lors de son passage à Primrose en octobre 1903. En novembre, en dépit d’une situation personnelle difficile (son épouse et son enfant étaient malades), il accomplit son devoir électoral (ce qui implique qu’il avait acquis la nationalité américaine ; on notera par ailleurs qu’il avait dès cette date américanisé son prénom). En janvier 1904, il se déclarait désireux de rejoindre le PSA, mais il n’existait pas de section locale à Primrose. Par la même occasion, il prit une première action de la coopérative de publication de L’Union des travailleurs. À l’automne, il plaça à lui seul 35 abonnements d’essai d’un mois. En 1905-1906, il continua de se monter aussi actif que généreux, plaçant de nombreux abonnements, aidant Valentin Delporte dans sa tournée de prospection en août 1906, se portant acquéreur d’une deuxième action de la coopérative et versant à plusieurs reprises à la souscription permanente. Il prit également une part active à la collecte de fonds pour financer la campagne électorale du PSA à Primrose en 1906, recueillant personnellement la somme de 3 dollars 60.

Collaborateur occasionnel de L’Union des travailleurs, Frank Legrand transmit à la rédaction les résultats obtenus par les listes socialistes aux élections de novembre 1904 et 1906. Il signa également un article important en avril 1908 intitulé « Les progrès du socialisme ».

Début 1909, Frank Legrand annonça la formation à Primrose d’une section locale du PSA lors d’une réunion prévue pour se tenir le dimanche 10 janvier. En 1912, il siégeait à son bureau. Les effets du travail de propagande de la section se firent sentir. Les résultats obtenus aux élection municipales de 1911 furent bons, et en 1912, candidat lui-même (bien que parlant très mal l’anglais de son propre aveu), Frank Legrand obtint 14 voix, soit 22% des suffrages exprimés. La section du PSA prit également durant l’été 1912 l’initiative de lancer une pétition et une collecte pour soutenir les deux dirigeants des IWW, Joe Ettor et Arturo Givannitti, initiative dans laquelle Frank Legrand s’impliqua personnellement.

Frank Legrand demeura un abonné de L’Union des travailleurs exemplaire de dévouement et de générosité jusqu’à la cessation de parution de ce journal en septembre 1916.

Père de famille, Frank Legrand avait perdu un fils en octobre 1907.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159601, notice LEGRAND François L. (Frank à partir de mai 1903) [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 7 juin 2014, dernière modification le 7 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : La Tribune libre, 14 juillet, 21 juillet, 3 novembre 1898. — L’Union des travailleurs, 18 juillet 1901, 10 avril 1902, 21 mai, 2 juillet, 30 juillet, 8 octobre 1903, 7 janvier, 3 novembre, 24 novembre 1904, 31 août, 5 octobre, 12 octobre, 30 novembre 1905, 24 mai, 30 août, 18 octobre, 22 novembre 1906, 10 octobre 1907, 9 avril 1908, 7 janvier 1909, 15 novembre 1911, 1er février, 15 août, 21 novembre 1912, 23 janvier, 5 juin 1913, 30 avril 1914, 17 février 1916 entre autres.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément