FALISE Ferdinand [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Concierge, puis livreur, musicien amateur, puis professionnel ; marié ; bilingue ; militant coopérateur et mutualiste ; membre du PSA et collaborateur occasionnel de L’Union des travailleurs ; membre actif de la Fédération américaine des musiciens affiliée à l’AFL.

Militant socialiste convaincu résidant à Charleroi (Pennsylvanie), Ferdinand Falise fut un lecteur fidèle de L’Union des travailleurs à compter de son lancement. Il manifesta de toutes les manières possibles son attachement à ce journal. Il l’aida financièrement à agrandir son format et à lutter contre son déficit, et en novembre 1904, il plaça sept abonnements d’essai dans son entourage.

Collaborateur occasionnel de L’Union des travailleurs, Ferdinand Falise y donna en octobre 1901 le compte rendu d’un déplacement à Jeannette, où il avait rendu visite au Club socialiste et au Club La Fayette. En juillet 1903, il fut l’un des organisateurs de la fête champêtre des socialistes de Charleroi. Membre de la section francophone du PSA, il fut proposé lors de la réunion commune avec la section locale anglophone début mars 1904 pour être délégué par la Pennsylvanie à la convention nationale en compagnie de Louis Goaziou.

Militant coopérateur, Ferdinand Falise fut élu concierge de l’Association coopérative de Charleroi en 1899, emploi qu’il devait garder durant cinq années. Il fut ensuite employé comme livreur par le store coopératif et, donnant toute satisfaction, il vit son salaire rapidement augmenté de 10 dollars. En janvier 1905, il fut promu trésorier de l’Association coopérative par l’assemblée générale. En 1909, il fut nommé directeur pour un an du store coopératif et en janvier 1911, il fut élu membre du comité directeur de la Société coopérative lors du renouvellement du bureau. Il fut encore élu membre du comité directeur de la société de secours mutuels L’Indépendance à l’occasion du renouvellement du bureau en novembre 1913.

Devenu ultérieurement musicien professionnel, Ferdinand Falise se syndiqua à la Fédération américaine des musiciens affiliée à l’AFL en adhérant à la section 592, dont il fut élu trésorier en janvier 1915.

Ferdinand Falise demeura abonné à L’Union des travailleurs jusqu’à la disparition de ce journal en septembre 1916.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159623, notice FALISE Ferdinand [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 8 juin 2014, dernière modification le 8 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCE : L’Union des travailleurs, 31 octobre 1901, 2 juillet 1903, 17 mars, 27 octobre, 17 novembre 1904, 26 janvier 1905, 29 juillet 1909, 19 janvier 1911, 13 novembre 1913, 14 janvier 1915, 7 septembre 1916 entre autres.

ICONOGRAPHIE : Ferdinand Falise figure (avec son épouse Guillemine) sur la photo du store coopératif publiée par L’Union des travailleurs en date du 17 décembre 1908.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément