CABARET Émile A. [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Ouvrier verrier ; marié et père de famille ; coopérateur, actionnaire du store coopératif de Charleroi ; militant socialiste ; actionnaire de la coopérative de publication de L’Union des travailleurs.

Installé à Mathews (Indiana), Émile Cabaret s’abonna à L’Union des travailleurs en 1905. L’année suivante, il s’installa à Point Marion (Pennsylvanie), commença à placer quelques abonnements autour de lui et envoya plusieurs versements à la souscription permanente ouverte par l’hebdomadaire socialiste francophone. À l’occasion d’une visite à Charleroi (Pennsylvanie) en 1908, il visita l’imprimerie du journal en compagnie de son épouse, fit la connaissance de Louis Goaziou, et se porta acquéreur de deux actions de la coopérative de publication pour la somme de 10 dollars (trois ans plus tard les Cabaret vinrent de nouveau rendre visite à la rédaction en compagnie de leur fils). À l’occasion de ce voyage, les Cabaret devinrent également actionnaires du store coopératif.

Au cours des années suivantes, Émile Cabaret fit montre d’un intérêt constant et d’une générosité suivie envers L’Union des travailleurs. Ce journal fut associé à tous les événements familiaux, et des collectes à son profit furent effectuées aussi bien à l’occasion de la célébration des vingt-cinq années de mariage d’Émile Cabaret et de son épouse qu’à l’occasion du mariage de leurs filles Régina et Alice avec Émile Frère et Jules Goffeaux.

Sans doute de sensibilité syndicaliste-révolutionnaire, Émile Cabaret versa en 1912 son écot à la souscription destinée à hâter la libération des militants des IWW, Joe Ettor et Arturo Giovannitti. Militant socialiste, il fut l’un des animateurs du grand meeting organisé par le PSA en septembre 1913 à Point Marion avec Louis Goaziou comme orateur principal.

Émile Cabaret figurait toujours sur la liste des actionnaires de L’Union des travailleurs rendue publique en 1913, et il resta abonné à ce journal jusqu’en 1915.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159698, notice CABARET Émile A. [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 9 juin 2014, dernière modification le 9 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCE : L’Union des travailleurs, 20 avril 1905, 23 juillet 1908, 27 juillet 1911, 26 septembre 1912, 18 septembre, 11 décembre 1913, 29 janvier, 23 juillet, 30 juillet 1914 entre autres.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément