CALMELS Henri [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Mineur ; membre de l’UMW proche des syndicalistes-révolutionnaires ; militant anarchiste, puis socialiste.

Mineur français émigré aux États-Unis, Henri Calmels travaillait en mars 1895 à Lexington (Oklahoma). Il adressa à cette date à la rédaction de L’Ami des ouvriers une correspondance et un versement à la souscription permanente. Il se trouvait en 1898 à Westville (Illinois), où il assista le 4 juin à une réunion dont l’orateur principal était Louis Goaziou. À cette époque, il était également en relation avec Julien Bernarding (voir ces noms). Membre actif des United Mine Workers, Henri Calmels fut élu délégué en 1899 pour siéger à la convention des mineurs de l’Illinois.

Durant l’hiver 1900-1901, Henri Calmels se trouvait dans l’État du Washington. Il partit ensuite pour voyager en Californie, oubliant de tenir la promesse qu’il avait faite à son ami Henri Bezingue (voir ce nom) de lui donner des nouvelles. En 1901, Henri Calmels était à Gallup (New Mexico), où il fut impliqué dans un mouvement de grève, et juillet 1902 il était de retour dans l’Illinois. Il s’installa à Chatham, d’où il envoya au journal une description ironique de la célébration de la fête bourgeoise du 4 juillet. Dans la même correspondance, il appelait ses camarades mineurs à adhérer au Parti socialiste américain.

Abonné à L’Union des travailleurs à compter de son lancement en 1901, Henri Calmels se montra dévoué et généreux. En octobre-novembre 1904, il plaça à lui seul 20 abonnements d’essai à Sorrento (Illinois).

Sans doute de sensibilité syndicaliste-révolutionnaire, Henri Calmels fut abonné à l’Action syndicale par Constant Darras en février 1907, alors qu’il travaillait à Gorham (Colorado).

Henri Calmels figurait toujours sur la liste des abonnés à l’Union des travailleurs en 1914.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159703, notice CALMELS Henri [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 9 juin 2014, dernière modification le 9 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : L’Ami des ouvriers, mars, avril 1895. — La Tribune libre, 23 juin, 8 septembre 1898, 30 mars 1899. — L’Union des travailleurs, 22 août, 19 septembre 1901, 17 juillet 1902, 24 novembre 1904, 18 septembre 1913 entre autres. — L’Action syndicale, 24 mars 1907.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément