RAYNAUD Georges

Par Jacques Girault

Né le 7 juin 1911 à L’Isle-Jourdain (Vienne), mort le 1er décembre 2006 à Poitiers (Vienne) ; professeur ; militant du PCF, adjoint au maire de Civray (Vienne).

G. Raynaud, premier rang, quatrième en partant de la gauche.
G. Raynaud, premier rang, quatrième en partant de la gauche.

Fils d’un instituteur socialiste SFIO, puis membre du Parti socialiste, et d’une institutrice « de gauche », Georges Raynaud fut seulement baptisé. Se déclarant agnostique, il resta pendant toute sa vie « farouchement anticlérical ». Il effectua sa scolarité secondaire au lycée de Poitiers (Vienne). Bachelier « série philosophie-latin-grec », il devint étudiant à la Faculté des Lettres et obtint une licence ès-lettres (certificats d’études grecques, latines, littérature française, grammaire et philologie). Il effectua son service militaire à Versailles (Seine-et-Oise/Yvelines) à partir d’octobre 1932.

Alors maître d’internat, il se maria en juin 1935 à Chaunay (Vienne) avec une institutrice, fille d’instituteurs. Le couple eut deux garçons et une fille.

Raynaud fut nommé professeur de lettres et de grammaire au collège de garçons de Saint-Maixent (Deux-Sèvres).

Mobilisé dans un régiment de blindés en septembre 1939, démobilisé en juillet 1940, il reprit son enseignement à Saint-Maixent puis obtint sa mutation pour le collège de garçons de Civray, futur lycée, où, actif militant syndical, adjoint puis certifié, il enseigna les lettres, le latin et le grec dans les grandes classes de 1944 à 1971.

Raynaud, membre du Parti communiste français depuis avril 1945, était le secrétaire de la section communiste de Civray dans les années 1960. Élu conseiller municipal de 1965 à 1983, il fut premier adjoint au maire socialiste Raoul Cartraud qui avait été son élève, pendant deux mandats. L’entente fut parfaite entre les deux édiles, selon le témoignage du maire en 2004. Candidat au Conseil général dans le canton de Civray en 1967, il arriva en troisième position avec 895 voix et se désista pour Raoul Cartraud qui fut élu de justesse. Il quitta le PCF par la suite.

Pratiquant l’athlétisme, le football et le rugby pendant ses études, il continua à jouer au football et au tennis au sein de l’Union sportive civraisienne dont il devint dirigeant par la suite. Il exerça des responsabilités au sein du mouvement sportif (District de la Vienne et Ligue du Centre-ouest de football jusqu’en 2001).

En juin 2004, il entra à la maison de retraite à Civray. Il décéda au Centre hospitalier universitaire de Poitiers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159819, notice RAYNAUD Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 11 juin 2014, dernière modification le 3 août 2014.

Par Jacques Girault

G. Raynaud, premier rang, quatrième en partant de la gauche.
G. Raynaud, premier rang, quatrième en partant de la gauche.
Signature du jumelage de Civray avec une ville anglaise, G. Raynaud deuxième en partant de la gauche
Signature du jumelage de Civray avec une ville anglaise, G. Raynaud deuxième en partant de la gauche
G. Raynaud en 1995.
G. Raynaud en 1995.
Carte d'identité en 1940
Carte d’identité en 1940
La carte d'adhérent du PCF en 1945
La carte d’adhérent du PCF en 1945

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément