JAMET Guy, Yvon

Par Guy Haudebourg

Né le 1er février 1920 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé le 25 août 1943 au terrain militaire du Bêle à Nantes ; ajusteur ; membre des FTPF et du Front national.

Fils naturel d’Anita Jamet, Guy Jamet fut marié à Francine Durigneux. Veuf, il avait un enfant et habitait Bouguenais (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
Membre du Front national dès le mois de janvier 1942, groupe Château-Bougon SNCASO, il participa à la distribution de tracts. Il participa ensuite au vol de dynamite et à plusieurs attentats à la bombe. À la fin de l’année 1942, il entra dans le groupe des Francs-tireurs et partisans (FTP) nantais de Jean Fraix. Est-ce lui qui, sous le pseudonyme de Guy, fut responsable de la jeunesse de l’interrégion communiste Ouest (huit départements) ?
Arrêté le 26 janvier 1943 par la police française et le Service de police anticommuniste (SPAC) d’Angers pour « actes de franc-tireur et attentats contre les troupes d’occupation », il fut jugé par le tribunal allemand de Nantes (FK 518) le 13 août 1943 (« Procès des 16 ») et fusillé au terrain militaire du Bêle le 25 août.
Il a été reconnu Mort pour la France 19 février 1945.
Une place de Bouguenais porte le nom de Louis-Bâle-et-Guy-Jamet.
Une cellule du PCF de Loire-Atlantique a pris son nom.

Guy Jamet fait partie des 90 syndicalistes CGT de Nantes figurant à la Maison des syndicats de Nantes sur une plaque : "Les syndicats confédérés de Nantes en Hommage à ses Martyrs, victimes de la barbarie nazie."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159980, notice JAMET Guy, Yvon par Guy Haudebourg, version mise en ligne le 18 juin 2014, dernière modification le 3 septembre 2020.

Par Guy Haudebourg

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. 44 305 J 3 Arch. Dép. Ille-et-Vilaine 217W15. – Jean Bourgeon (sous la dir.), Journal d’un honnête homme pendant l’Occupation, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1990. – Guy Haudebourg, Le PCF en Loire-Inférieure à la Libération (1944-1947), mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Nantes, 1987. — Cliché de la plaque de la Maison des syndicats communiqué par Joël Busson.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément