REMLI Ali

Par René Gallissot

Né le 13 avril 1919 à Alger, mort en mars 1966 à Paris ; instituteur ; militant du SNI puis de l’UGTA ; militant du FLN ; dirigeant du syndicat UGTA de l’enseignement.

Imam de la mosquée de Bouzaréah au-dessus d’Alger, son père n’en orienta pas moins son fils Ali Remli vers l’École normale d’instituteurs. À sa sortie, il enseigna dans plusieurs postes dont Hussein-Dey. Il était un des dirigeants de la section du Syndicat national des instituteurs du département d’Alger. Délégué au congrès national du SNI à Saint-Malo, parlant au nom de la minorité, il dénonça, le 19 juillet 1953, la répression en Algérie. Deux ans plus tard, lors du congrès du SNI à Pau, il intervint dans la séance consacrée à l’outre-mer, le 18 juillet 1955, toujours au nom de la minorité pour dénoncer la politique d’assimilation par l’école et réclamer l’enseignement de l’arabe.

En 1954, il devint rapidement militant du Front de Libération nationale, collecteur de fonds. Il participa en février 1956 à la création de l’Union générale des Travailleurs algériens. De ses responsabilités exercées au SNI, il avait conservé les listes d’adhérents et il put gagner très vite de nombreux instituteurs algériens au syndicat UGTA des enseignants. Il collabora aux premiers numéros de L’Ouvrier algérien. Échappant aux arrestations, après la grève de 8 jours que suscita au début février 1957, la terrible répression de la « Bataille d’Alger », il fit partie du 5e secrétariat de l’UGTA organisé clandestinement.

Arrêté par la DST d’Alger au milieu de 1957, torturé, incarcéré à la prison Barberousse, il comparut au procès de l’UGTA en janvier 1959. Acquitté, il fut retenu au Centre de Beni-Messous près d’Alger. Libéré après 3 mois, il reprit l’activité clandestine avec le groupe FLN d’Hussein-Dey. À l’indépendance, il participa à la reconstitution de l’UGTA et entra au secrétariat de la Fédération de l’enseignement. En 1963, il fut désigné comme secrétaire national chargé de l’éducation et demeura par la suite dans les successives instances syndicales jusqu’à sa mort subite à Paris lors d’une mission syndicale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160022, notice REMLI Ali par René Gallissot, version mise en ligne le 21 juin 2014, dernière modification le 3 mai 2022.

Par René Gallissot

SOURCES : L’Ouvrier algérien. — Presse syndicale. — Notice dans le Dictionnaire Algérie par R. Gallissot. — M. Farès, Aïssat Idir, op. cit.. — B. Bourouiba, Syndicalistes algériens, op.cit.. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément