BRUN Maurice, Louis

Par Emmanuel Le Doeuff

Né le 28 juin 1914 à Voussac (Allier), mort le 11 juillet 1997 à Apt (Vaucluse) ; mécanicien de route ; secrétaire du secteur des cheminots CGT de Paris-Sud-Est ; secrétaire de la Section technique nationale des agents de conduite, puis secrétaire de la Section régionale Ouest ; militant communiste.

Fils d’un cultivateur, Maurice Brun, titulaire du CEP et du certificat d’études pratiques industrielles de Moulins, effectua son service militaire de 1934 à 1935 au 65e Régiment d’artillerie. Il travailla comme tourneur avant d’entrer au PLM en 1937, comme ouvrier au dépôt de Montargis (Loiret). Il fut muté au dépôt du Charolais à Paris en octobre 1938. Il participa à la grève du 30 novembre et fut suspendu. Nommé chauffeur en 1943 et mécanicien de route en 1946, il avait réussi l’examen de chef mécanicien, mais ne fut jamais nommé à ce poste.
Maurice Brun entra dans la Résistance fin 1940, s’engagea dans les FTPF de la région parisienne, comme responsable des cheminots de la gare de Lyon. À la Libération, il fut désigné secrétaire du secteur de Paris Sud-Est et secrétaire de la Section technique des agents de conduite du dépôt du Charolais. Il était membre du conseil national entre 1947 et 1953.
Radié des cadres à la date du 4 décembre 1947 suite à la grève, il fut réadmis au dépôt des Batignolles en juin 1948. Suspendu après la grève du 4 juin 1952, il fut repris et muté au dépôt de Gisors (Eure) quelques semaines plus tard. En 1961, il fut muté à Achères (Seine-et-Oise, Yvelines).
En avril 1949, Maurice Brun était devenu secrétaire de la Section technique nationale Agents de conduite. Faisant partie des dirigeants nationaux reprenant leur emploi le 14 novembre 1950 suite à une demande de la direction générale, il fut simple membre de la Section technique nationale après 1953. À cette date, il cumulait les responsabilités au bureau fédéral en tant que secrétaire de STN, au bureau de l’Union, au bureau du syndicat de Paris-Ouest-Rive Droite, ainsi que des mandats aux comités mixtes centraux et locaux. Maurice Brun fut également mis sur la sellette sous prétexte de mœurs trop libres selon les critères de l’époque. De 1953 et jusqu’en 1964, date de sa retraite, il se contenta donc du comité technique national. Dans le même laps de temps, il était secrétaire de la Section technique régionale Ouest.
Il milita également au niveau confédéral : il figure ainsi parmi les membres de la commission exécutive de l’UD de Paris en 1950. Il était aussi un militant communiste, qui se présenta aux municipales d’avril 1953 dans le XVIIe arrondissement de Paris.
Retiré à Reillanne (Alpes-Maritimes), Maurice Brun était secrétaire de la section de retraités de Forcalquier en 1981.
Marié à Odette Delaloy le 1er février 1936 ; ils eurent trois filles avant de divorcer. Il se remaria avec Angèle Delmotte (veuve Dyck), déjà mère d’un fils. Elle travailla comme secrétaire à l’Union fraternelle des métallurgistes à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1601, notice BRUN Maurice, Louis par Emmanuel Le Doeuff, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 7 janvier 2012.

Par Emmanuel Le Doeuff

SOURCES : Arch. SNCF de Béziers. — Arch. Fédération CGT des cheminots. — Arch. syndicat CGT de PORD. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes Jean-Pierre Bonnet et de Georges Ribeill. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément