RIGAL Rose [née VIDAL Rose, Marie]

Par Jacques Girault

Née le 4 février 1911 à Jax (Haute-Loire), morte le 2 septembre 2000 à Langeac (Haute-Loire) ; institutrice en Haute-Loire ; militante du SNI.

Rose Rigal
Rose Rigal

Son père avait été pensionnaire dans une école catholique au Puy-en-Velay (Haute-Loire) puis apprenti charpentier-menuisier à Paulhaguet (Haute-Loire). Il devint agriculteur avec son épouse et, artilleur, mourut au front en octobre 1918 dans la Marne.

Rose Vidal reçut une éducation catholique traditionnelle mais se détacha de la religion à l’adolescence. Pupille de la Nation, élève de l’école primaire supérieure de Brioude, elle entra à l’Ecole normale d’institutrices du Puy en 1928. Titulaire du brevet supérieur en 1931 et d’un brevet d’éducation physique, elle fut nommée dans des postes déshérités de Haute-Loire (Hameau à Ceaux d’Allègre de 1931 à 1936, Darsac par Vernassal de 1936 à 1939) avant d’obtenir un poste double à Vissac en 1939, à Blavozy de 1940 à 1946. En 1946, elle fut nommée institutrice à l’école spécialisée, enseignante de Français, dans ces classes de cours complémentaire annexées au préventorium de Chavaniac-Lafayette (Haute-Loire) que son mari dirigea jusqu’à son décès en 1963. Elle lui succéda après son décès et dirigea l’établissement, devenu collège d’enseignement général jusqu’en 1966. Dans sa pratique pédagogique, elle emprunta des méthodes de l’École moderne (Freinet) à partir de 1946.

Elle épousa uniquement civilement en mai 1939 à Vernassal (Haute-Loire) avec Lucien. Rigal, instituteur, secrétaire général adjoint de la section départementale. Ils eurent quatre enfants qui furent seulement baptisés « par respect pour sa mère ».

Membre du Syndicat national (CGT) en 1931, membre du groupe de Jeunes, proche des « Amis de l’École émancipée », élue au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, elle était en 1938 la secrétaire aux questions sociales. Membre du conseil consultatif à la fin des années 1930, elle était partisane de la lutte contre la guerre menée par le SNI. Gréviste le 12 février 1934 et le 30 novembre 1938, elle fut sanctionnée d’une retenue de huit jours de salaire. Avec son mari, elle fut déplacée d’office à Blavozy en septembre 1940 et y resta jusqu’à la fin de l’année scolaire 1945-1946.

Elle fut élue au Conseil départemental de l’enseignement primaire en 1938 puis après la guerre à la Commission administrative paritaire départementale.

Après sa retraite, toujours syndiquée à la fin des années 1960, elle s’occupait bénévolement de la bibliothèque de Langeac où elle habitait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160107, notice RIGAL Rose [née VIDAL Rose, Marie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 juin 2014, dernière modification le 30 mars 2021.

Par Jacques Girault

Rose Rigal
Rose Rigal

Iconographie : Photo.

SOURCES : Arch. Dép. Haute-Loire (Thierry Alloin), Inspection académique. — Presse Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes d’Anna Philippon, d’André Thomas et d’Alain Thonnat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément