CARTIER Marguerite dite Ginette

Née le 3 avril 1906 à Sète (Hérault) ; communiste et syndicaliste CGT de l’Habillement et des Bouches-du-Rhône.

En 1938, Ginette Cartier était secrétaire générale du syndicat CGT des ouvriers et ouvrières de l’Habillement de Marseille. Elle avait succédé à Madeleine Sourier à la tête de ce syndicat fondé le 25 novembre 1936.D’après la police, elle militait à la cellule communiste 109 section couture depuis juin 1930. Elle vivait avec le militant Charles François. Le couple habitait à Marseille, quartier Pont-de-Vivaux. Il participa à la reconstitution clandestine du PC dans l’été 1940. Il aurait hébergé en particulier Rossindol, évadé du camp d’internement de Chibron, commune de Signes (Var) que Raymond Latarget aurait venir comme « technique » au bureau régional. Ginette Cartier fut condamnée à six mois de prison par le tribunal militaire de la XVe région, le 7 mai 1941, pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État et son compagnon à quatre ans. À sa libération, elle fut astreinte à résider à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône) le 14 août 1941. Elle s’y trouvait encore fin 1943. Son dossier de Résistance la fait apparaître comme membre du Front national, ce qui recouvre le plus souvent un engagement au PC clandestin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160153, notice CARTIER Marguerite dite Ginette, version mise en ligne le 24 juin 2014, dernière modification le 19 février 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 10 M 169 et 5 W 172 (dossier internement). — Mémoire des hommes SHD Vincennes GR 16 P109284 (nc). — Notes de Louis Botella et de Jean-marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément