BEAUCHE Georges, Yves

Par Jacques Girault

Né le 22 février 1913 à Bruz (Ille-et-Vilaine), mort le 30 janvier 1997 à Nans-les-Pins (Var) ; professeur d’atelier ; militant syndical (CGT) ; militant communiste ; dirigeant de la FNDIRP dans le Var.

Fils d’un artisan menuisier domicilié à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) dans les années 1930, Georges Beauché apprit le métier de menuisier dans l’atelier paternel. Après avoir obtenu le CAP, travaillant en région parisienne, il adhéra à la CGT et au Parti communiste. Il se maria en août 1935 à La Seyne (Var) avec la fille d’un ancien forgeron. Le couple eut un garçon. Il entra comme ouvrier charpentier aux Forges et chantiers de la Méditerranée et participa au comité de grève en 1936.
Mobilisé au début de la guerre, Beauché, après sa démobilisation, reprit son travail et participa aux activités clandestines des communistes. Il effectuait la liaison entre le Parti et les jeunes. Arrêté le 29 janvier 1941, à la Prison maritime de Toulon, il se lia d’amitié avec Pierre Guillain de Bénouville, emprisonné comme lui. Il fut condamné, le 22 octobre 1941, par le Tribunal maritime à cinq ans de travaux forcés. En 1943, envoyé au centre de séjour surveillé de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) puis à la centrale d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), il participa au soulèvement des détenus en janvier 1944. Une répression intervint et Beauché fut déporté à Dachau-Lansberg puis à Allach dont il fut libéré le 30 avril 1945.
Divorcé en 1954, Beauché se remaria en novembre 1954 à La Seyne où il habitait quartier Saint-Jean. Après avoir réussi, en 1946, le concours de professeur technique adjoint de menuiserie au collège technique, devenu collège d’enseignement technique Cisson de Toulon (Var), il fut promu chef d’atelier en 1948. En 1953, il était chef d’atelier au centre d’apprentissage Kléber à Toulon. Il militait alors dans le syndicat national de l’enseignement technique et professionnel CGT dont il était un des dirigeants dans le département. En congé de longue durée depuis 1966, il partit à la retraite pour invalidité en novembre 1969.
Georges Beauché militait dans les rangs du Parti communiste français à La Seyne. Membre actif de la section locale et du bureau départemental de la Fédération nationale des déportés et internés, résistants et patriotes, il en assura le secrétariat général pendant quinze ans. Il prit part notamment à la réalisation d’expositions itinérantes sur la Résistance, la déportation et à l’animation du bulletin trimestriel Fidélité et Union. Devenu président départemental à la mort d’André Gauthier en 1983, membre du comité national de la FNDIRP, il participa à la création de la mission académique de formation du personnel de l’Éducation nationale consacrée à la formation des enseignants pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.
Depuis les années 1970, Beauché présidait le comité seynois de coordination des organisations d’anciens combattants, de victimes de la guerre et de résistants. Il faisait aussi partie des amicales d’Eysses, de Dachau et du conseil d’administration de l’Union départementale des anciens combattants.
Son nom fut donné à une artère de la ville, le 27 janvier 1998.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16017, notice BEAUCHE Georges, Yves par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 3 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F7 15371 — Arch. Dép. Var, 1447 W 65 et 1970 W 12. — Sources orales. — Presse locale. — Renseignements fournis par Maurice Oustrières et Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément