RIOUAL Jean-Pierre

Par Jacques Girault

Né le 15 mai 1941 à Paris (XXeme arr.) ; instituteur en Seine-Maritime ; militant communiste ; militant syndical.

Jean-Pierre RIOUAL en juillet 2019- photo J.Defortescu

Jean-Pierre Rioual était fils de Pierre Rioual, « fort de farine » sur le quai de la Rapée à Paris, devenu employé du métropolitain parisien, puis chef de manœuvre à la RATP. Lecteur de l’Humanité, militant de la CGT, il y fut élu délégué du personnel.

Élève de l’école primaire de Lesseps (XXe arr. de Paris), puis du lycée Arago, Jean-Pierre Rioual entra à l’École normale d’instituteurs d’Évreux (Eure) en 1957. Il en fut exclu pour propagande politique. Communiste, il diffusait parmi les élèves la presse communiste. Muté à l’ENI de Rouen (Seine-Maritime) en 1959, il participa au voyage en URSS à la fin des études de sa promotion.

Il adhéra au Parti communiste français en 1959 et à la Jeunesse communiste en 1960. Il créa le cercle des JC à l’école normale et devint le trésorier de la fédération des JC. Il fut, avec ses camarades, au cœur des luttes revendicatives des élèves-maîtres qui furent satisfaites. Des professeurs, dont Roland Desné*, professeur de lettres, les soutinrent et les aidèrent dans l’organisation de débats. Ils créèrent aussi un comité antifasciste parmi les élèves.

Pendant son service militaire dans un régiment d’infanterie au Havre, Rioual aida la grève de la faim des conscrits. Ce conflit fut popularisé par la presse communiste par son intermédiaire et après l’intervention de Robert Ballanger à l’Assemblée nationale, des améliorations furent apportées et les sanctions envisagées contre les meneurs furent atténuées.

Il effectua le stage pour les instituteurs communistes organisé par le PCF en 1967. Membre du bureau de la section communiste du Havre, il entra au comité de la fédération communiste en 1968 et devint responsable du travail en direction des instituteurs à partir de 1970. Il participa à l’école d’un mois du PCF en 1974. Plus tard, il milita au Collectif national de lutte contre les inégalités scolaires mis en place par le comité central du PCF.

Nommé instituteur en 1962, il habitait Le Havre. Il se maria en décembre 1962 à Paris (XXeme arr.) avec Maryvonne Lecoquil [voir Maryvonne Rioual), surveillante d’externat, membre du PCF depuis 1962, fille d’un chauffeur de coopérative agricole, sympathisant communiste. Ils eurent trois enfants.

Instituteur à l’école Gustave Courbet, avec son épouse, il milita dans le quartier populaire de l’Eure au Havre.

Membre depuis l’ENI du Syndicat national des instituteurs, il devint membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs de 1965 à 1974.

Dans les années 2000, Jean-Pierre Rioual milita aussi dans le mouvement « Ensemble » pour une démarche citoyenne.

Il édita à compte d’auteur Houle d’espoir (1997), Eméma (1999), Reneigeance (2009).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160272, notice RIOUAL Jean-Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 26 juin 2014, dernière modification le 7 juillet 2019.

Par Jacques Girault

Jean-Pierre RIOUAL en juillet 2019- photo J.Defortescu

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé à Jacques Girault. — Entrevue en juillet 2019 avec Jacques Defortescu.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément