BENOîT Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Militant socialiste demeurant à Heidleberg (Pennsylvanie), Louis Benoît fut élu en 1905 porte-parole de la branche (section) n° 6 de La Solidarité. Il annonça aux lecteurs de L’Union des travailleurs que les candidats socialistes avaient recueilli 23 voix aux élections de l’automne 1905, contre 13 lors des présidentielles de 1904. L’année suivante, il aida Valentin Delporte à faire plusieurs abonnements à L’Union des travailleurs lors de son passage à Heidleberg.

En mai 1907, Louis Benoît avait déménagé à Loupnex. À l’occasion d’une visite à l’imprimerie, il annonça à Louis Goaziou qu’il s’apprêtait à aller passer quelque temps en France.

Après son retour du Vieux Pays, Louis Benoît s’installa à Linton (Indiana), où il anima en avril 1909 la soirée commémorative de la Commune de Paris en chantant des chansons révolutionnaires. Militant mutualiste, il fut encore élu membre du Comité de 5 personnes mis en place par La Solidarité de Linton pour prendre en main la défense devant la justice des mineurs français qui avaient été brutalement chassés de Hymera par des Américains xénophobes.

Louis Benoît figura sur la liste des abonnés de L’Union des travailleurs jusqu’en 1910.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160522, notice BENOîT Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 28 juin 2014, dernière modification le 28 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCE : L’Union des travailleurs, 30 novembre 1905, 30 août 1906, 23 mai 1907, 8 avril, 1er juillet 1909 entre autres.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément