GOUPIL Eugène

Par Frédéric Stévenot

Né le 18 mars 1920 à Saint-Rambert-en-Bugey (Ain), exécuté sommairement en représailles le 16 août 1944 à Seclin (Nord) ; employé à la SNCF ; résistance civile et peut-être organisée.

Célibataire, domicilié au 52 rue d’Alger à La Madeleine (Nord), Eugène Goupil y fut arrêté le 4 août 1944 avec sa logeuse, Marguerite Picard, par la Sipo-SD de Valenciennes. Réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), des tracts furent découverts chez lui lors d’une perquisition par la GFP de Valenciennes. Il peut être considéré comme un acteur de la Résistance civile (réfractaire), et peut-être organisée (tracts). Il a été fusillé comme otage au fort de Seclin le 16 août, par les autorités allemandes, en représailles à un attentat perpétré le 14 août à Wanquetin (Pas-de-Calais), qui provoqua la mort de quatre soldats allemands.
Le nom d’Eugène Goupil figure sur les monuments aux morts de Saint-Rambert-en-Bugey et de La Madeleine. Il est inscrit sur la plaque commémorative des fusillés de cette dernière localité, ainsi que sur la stèle des fusillés du fort de Seclin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160793, notice GOUPIL Eugène par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 2 juillet 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément