WAJSMAN Chaja alias KIS Suzanne

Par Daniel Grason

Née le 18 décembre 1911 à Varsovie (Pologne), morte en 1943 à Auschwitz (Pologne) ; mécanicienne en maroquinerie ; militante de la Main d’Œuvre immigrée (M.O.I.).

Chaja Wajsman.
Chaja Wajsman.

Fille d’Aron et de Blima, née Janower, Chaja Wajsman, vint en France en 1930, habita légalement 53 Rue de Belleville à Paris XIXe arr. Elle vivait en réalité sous l’identité de Suzanne Kis au 5 Square du Tarn, XVIIe arr.

En juin 1943, elle se réfugia chez Chaïa Barszczewski au 366 Rue Vaugirard, XVe arr. Cette dernière était l’épouse de Judas Barszczewski connu sous le nom d’Ild Korman, fondateur de l’organisation Solidarité. Au printemps 1943, il participa à la réunion fondatrice de l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE).

Le 3 juillet 1943 la BS2 organisa une opération d’ensemble contre les militants de la Main d’Œuvre immigrée, deux inspecteurs tambourinèrent à la porte du logement où s’était réfugiée Chaja Wajsman et l’interpellèrent. Tous les lieux où elle avait habité récemment étaient perquisitionnés. Une enveloppe contenant des morceaux de papiers de feuilles dactylographiées se rapportant à l’activité clandestine du parti communiste était saisie Square du Tarn.

Chaja Wajsman nia toute appartenance au parti communiste, elle expliqua qu’elle avait acheté mille cinq cents francs sa fausse carte d’identité au nom de Suzanne Kis portant le cachet de la police d’Etat de la circonscription de Bezons (Seine-et-Oise, Val-d’Oise). Recensée comme juive, sa fausse carte d’identité était le seul moyen d’échapper aux rafles. Elle reconnaissait avoir hébergé sa cousine Perla Kwater dans le logement de la rue du Tarn, mais ignorait qu’elle faisait de la politique. De même son hébergement chez Chaïa Barszczewski qui était une compatriote. Au cours des filatures précédant son arrestation, les policiers avaient vus Chaja Wajsman à plusieurs reprises avec le responsable aux masses pour le XVe arr.

Internée au camp de Drancy réservé aux Juifs, Chaja Wajsman était le 31 juillet 1943 dans le convoi n° 58 à destination d’Auschwitz (Pologne). Sur un millier de déportés, il y eut vingt-huit survivants dont dix-huit femmes. Le nom de Chaja Wajsman figure sur le mur des noms rue Geoffroy-l’Asnier, Paris IVe arr.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160811, notice WAJSMAN Chaja alias KIS Suzanne par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 juillet 2014, dernière modification le 10 janvier 2019.

Par Daniel Grason

Chaja Wajsman.
Chaja Wajsman.

SOURCES : Arch. PPo. BA 2298, PCF carton 14 rapports hebdomadaires de la préfecture de police sur l’activité communiste, GB 190 (photo). – Site Internet CDJC.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 190 cliché du 3 juillet 1943.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément