SAUVIAT Paul

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

Né le 29 janvier 1926 à Ussel (Corrèze), abattu le 10 juin 1944 à Ussel ; cheminot ; résistant FTP.

Paul Sauviat était le fils de Jean Albert Sauviat, employé au chemin de fer, et de Marie-Augustine Gouyon, sans profession. Ancien apprenti (Centre d’apprentissage) cheminot d’Ussel (1940-1943), il était mineur ouvrier à la SNCF.
Il avait rejoint la Résistance (alias Popo), et il fut l’un des 47 résistants FTPF abattus par les tirs de la garnison allemande du 95e régiment de sécurité le 10 juin 1944, place Voltaire, lors de ce qu’on a appelé le massacre d’Ussel, qui se déroula dans les circonstances suivantes.
Le 9 juin, à la suite de négociations avec l’Armée secrète, le maire, un officier du 1er régiment de France (1er RF) et le commandant de la gendarmerie d’Ussel, les Allemands, dont la situation paraissait alors sans issue, avaient accepté de se placer sous la protection du 1er RF et d’entreposer leurs armes à l’École primaire supérieure dans un local qui serait gardé par deux sentinelles, française et allemande. Aux termes de l’accord, ils pourraient reprendre ces armes s’ils étaient attaqués par des résistants.
Mais dans la matinée du 10 juin, les FTP, qui n’avaient pas été impliqués dans ces négociations, obtinrent de l’AS qu’un coup de main soit tenté pour récupérer les armes des Allemands, armes qui seraient partagées entre l’AS et les FTP, ces derniers en étant très démunis. La décision venait d’être prise, en début d’après-midi, lorsque 55 jeunes maquisards de la 236e Compagnie, 6e bataillon FTP de la Corrèze, placés sous les ordres du commandant Lanot, et venant de Saint-Pardoux-le-Vieux dans trois camions et un véhicule léger, arrivèrent à Ussel devant la porte principale de l’EPS. S’estimant menacés, les Allemands récupérèrent leurs armes et ouvrirent le feu depuis les fenêtres du bâtiment. Ils abattirent les maquisards et achevèrent tous les blessés. 47 hommes furent tués parmi lesquels Paul Sauviat, mortellement blessé par éclatement de grenade. Très peu réussirent à s’enfuir.
Paul Sauviat obtint la mention Mort pour la France et fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur le monument commémoratif du massacre à Ussel. La consultation de son dossier au SHD de Vincennes permettra de préciser son parcours.


Voir Ussel (Corrèze), 10 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161084, notice SAUVIAT Paul par Claude Pennetier, Dominique Tantin , version mise en ligne le 28 juillet 2014, dernière modification le 8 juin 2020.

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017, pp.1587-1588. — MémorialGenWeb. — Monographie sur Wikipedia : Massacre d’Ussel. — Service historique de la Défense, Caen AC 21 P 151956 et Vincennes GR 16 P 537714 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément