REYROLLE Max, Pierre, Frédéric

Par Jacques Girault

Né le 22 août 1911 à Conflans-Sainte-Honorine (Seine-et-Oise/Yvelines), mort le 24 juin 1983 à Lyon (Rhône) ; instituteur en Haute-Savoie ; militant du SNI ; résistant.

Max Reyrolle et ses élèves
Max Reyrolle et ses élèves

Son père, qui travaillait dans l¹administration de la batellerie, mourut pendant la Première Guerre mondiale ; sa mère était commerçante. Max Reyrolle fut élevé dans la religion catholique par les frères des Écoles chrétiennes jusqu¹à l¹âge du 13 ans. Il conserva un « dégoût » pour les pratiques religieuses. Élève de l’école primaire supérieure d¹Annemasse, il entra à l’École normale d¹instituteurs de Bonneville en 1927. Il fut nommé dans diverses communes rurales de Haute-Savoie dont Essert, Le Biot, Saint Jean-Jean d’Aulps, puis à partir de 1937, Vulbens où il resta 32 ans jusqu’à sa retraite en 1969, en poste double avec son épouse, institutrice, qui y enseigna jusqu¹à son décès en 1960. Secrétaire de mairie, abonné à L’École émancipée, il appliquait dans son enseignement les méthodes de l’École moderne.

Il effectua son service militaire dans les Chasseurs alpins. Il se maria religieusement en août 1934 à Viuz-la-Chiesaz (Haute-Savoie) avec une institutrice. Le couple avait un enfant avant 1939, les sacrements ayant été administrés « par tradition » précisait-il. Il eurent en 1941 et en 1947 deux autres enfants.

Membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1930, secrétaire du groupe de Jeunes, membre du conseil syndical de la section départementale du SNI, il fut secrétaire de cette section en 1938-1939. Gréviste le 12 f évrier 1934, il fut partisan d’exclure du syndicat les non-grévistes. Délégué au congrès national du SNI de Nantes en 1938, avec ses camarades de tendance, il hua Léon Jouhaux.

Mobilisé en septembre 1939, démobilisé dans l’été 1950, il participa à la Résistance (Combat en 1942, puis Armée secrète en 1943) et, engagé, termina la guerre comme officier.

Après la guerre, Reyrolle fut secrétaire du Syndicat des secrétaires de mairie-instituteurs.

Retraité, il habitait Chevrier (Haute-Savoie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161393, notice REYROLLE Max, Pierre, Frédéric par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 juillet 2014, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Jacques Girault

Max Reyrolle et ses élèves
Max Reyrolle et ses élèves
Max Reyrolle dans sa classe
Max Reyrolle dans sa classe
Max Reyrolle, photo d¹identité.
Max Reyrolle, photo d¹identité.

SOURCES : Renseignements fournis par l¹intéressé et par son fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément