COLINOT (ou COLINEAU) (Mme) [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Communiste icarienne, la citoyenne Colinot quitta la France le 2 novembre 1848 pour émigrer en Icarie en compagnie de son mari et de leur fils. Malgré l’échec du Texas, elle accepta de partir avec les Icariens à Nauvoo (Illinois) ; mais rapidement découragée, elle entraîna son mari à déserter la colonie dès l’été 1849.

A l’automne 1856, la citoyenne Colinot fut l’une des 76 anciens membres de la communauté signataires d’une pétition de soutien à l’opposition, dans laquelle étaient dénoncées les tendances « dominatrices [et] antidémocratiques » de Cabet.
Il y a vraisemblablement identité avec la Mme Colineau qui, installée dans la ville de Nauvoo (Illinois), reçut la visite de Jean-François Lacour et François-Marie Crétinon peu après que ces derniers eurent quitté la communauté icarienne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161403, notice COLINOT (ou COLINEAU) (Mme) [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 8 juillet 2014, dernière modification le 8 juillet 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : BN, Nafr. 18 151, Papiers Cabet, f. 220, lettre de Cabet à Béluze datée du 6 août 1849 ; Le Populaire de 1841, 1er juillet 1849 entre autres ; Revue icarienne, n° 1, octobre 1856 ; Fernand Rude, « Allons en Icarie ». Deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, PUG, 1980 ; note de François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément