COLLET Émile [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Militant socialiste installé à Charleroi (Pennsylvanie), frère d’Adelin Collet, Émile Collet s’abonna à L’Union des travailleurs en février 1908. Lecteur dévoué et généreux, il versa à plusieurs reprises son écot à la souscription permanente destinée à contenir le déficit de l’hebdomadaire socialiste francophone. En mai 1910, il vint visiter les bâtiments de l’imprimerie et laissa 50¢ pour aider le journal.

Adrien Collet était vraisemblablement d’origine belge : il participa en effet à la collecte organisée en 1913 par L’Espoir pour soutenir les grévistes belges en lutte pour le suffrage universel et l’égalité politique.

En 1914, Émile Collet résidait à Smock (Pennsylvanie). Bien que profondément croyant, il se suicida en octobre, à l’âge de 56 ans. Socialiste tout aussi convaincu, il avait légué par testament à L’Union des travailleurs la somme de 75 dollars.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161420, notice COLLET Émile [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 9 juillet 2014, dernière modification le 9 juillet 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCE : L’Union des travailleurs, 14 février 1907, 26 mai 1910, 27 mars, 1er mai 1913, 8 octobre 1914

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément