BELLANGER Louis, Alfred, Pierre

Par Louis Botella

Né le 11 septembre 1924 aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), mort le 6 août 2019 à Angers ; ouvrier au service électrique et signalisation ; membre du bureau de l’Union départementale CGT-FO du Maine-et-Loire (1955-1967) ; secrétaire adjoint de l’Union locale CGT-FO d’Angers (1960-1967) ; membre du conseil national de la Fédération FO des cheminots (1967-1971) ; secrétaire général de l’Union régionale FO de Nantes et membre du bureau fédéral (1972-1979) président-fondateur de l’Association des castors FO du Maine-et-Loire (1952-1957).

Fils de Louis Bellanger, forgeron aux carrières d’ardoises de Trélazé (Maine-et-Loire) et abonné au Peuple, et de Suzanne Belliard, ancienne mécanicienne en confection, Louis Bellanger passa le certificat d’études et devint à quatorze ans apprenti mécanicien automobile. Mais la mort de son père, en 1935, entraîna de très graves difficultés financières pour sa famille.
Il fut embauché à la SNCF le 16 septembre 1942 à Angers (Maine-et-Loire) comme cantonnier auxiliaire au service de la voie, place qu’il quitta pour s’engager dans l’armée le 18 octobre 1944.
Il exerça différents métiers (ouvrier tanneur, terrassier) avant de retourner le 12 octobre 1946 à la SNCF, toujours comme cantonnier auxiliaire à Angers. Il fut admis au cadre permanent le 29 février 1948 en qualité d’ouvrier au service de la signalisation mécanique.
Non syndiqué alors, mais proche du courant anarchiste, Louis Bellanger participa à la création, en janvier 1948, du syndicat FO d’Angers, animé par Jean Garnier*. Il y occupa différentes fonctions : receveur des cotisations, trésorier, secrétaire. Il abandonna cette dernière tâche en 1967.
Lors de la conférence nationale des adhérents FO du service électrique et signalisation (SES), tenu en octobre 1957 à Paris, il devint membre du comité technique national SES en qualité de secrétaire de la section régionale Ouest. Réélu à plusieurs reprises (1960, 1963 et 1966), il fut élu par la suite secrétaire général adjoint SES de la section technique nationale voie et bâtiments. Il représenta FO, au début des années 1960, au sein du comité mixte professionnel régional des installations fixes pour l’Ouest.
Secrétaire du secteur de Nantes, il fut élu, lors du congrès de l’Union Ouest, tenu en juin 1967 à Issy-les-Moulineaux (Seine), membre du bureau de cette union et conseiller national. Ces mandats furent renouvelés en décembre 1969 à Paris.
Lors de la restructuration de la SNCF en 1972, Louis Bellanger devint secrétaire général de l’Union régionale FO de Nantes, fonction qu’il conserva jusqu’en 1979. Il siégea au bureau fédéral durant toute cette période.
Il fut également membre du bureau de l’Union départementale interprofessionnelle du Maine-et-Loire de 1955 à 1967 et secrétaire adjoint de l’Union locale d’Angers de 1960 à 1967.
En 1952, sous l’égide de l’Union départementale CGT-FO du Maine-et-Loire, Louis Bellanger constitua, pour palier la crise du logement, avec quatre autres cheminots dont Jean Garnier, alors secrétaire général de cette UD, et des mineurs, l’Association des castors Force ouvrière, au sein de laquelle il assuma jusqu’en 1957 les fonctions de secrétaire. Sa bonne connaissance des problèmes du logement incita son UD à le désigner, au titre de FO, au comité interprofessionnel du logement (CIL).
Son épouse, mère au foyer, et lui eurent une fille et deux garçons.

Il fut incinéré le 9 août 2019 au crématorium de Montreuil-Juigné (Maine-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16143, notice BELLANGER Louis, Alfred, Pierre par Louis Botella, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 4 janvier 2021.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Fédération CGT-FO des cheminots. — Le Rail syndicaliste, 1966. — Notes de Noël Mazet. — Renseignements communiqués par Louis Bellanger. — Information transmise le 10 août 2019 par Gérard Le Mauff*. — Fichier des décès INSEE.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément