BERNARD Adrien, René, Charles

Par Delphine Leneveu

Né le 4 juillet 1925 à Gourgeon (Haute-Saône), fusillé après condamnation le 24 juin 1944 au stand de tir du ministère de l’Air (Paris XVe arr.) ; apprenti cordonnier ; résistant ; membre des FTPF en Haute-Saône au sein du groupe Chasseur.

Fils de Marcel Bernard, cordonnier, et d’Anne Marie Rougeux, sans profession, Adrien Bernard, célibataire, domicilié à Gourgeon fut sergent dans la Résistance.
Il fut arrêté le 19 janvier 1944 à Gourgeon par la Sipo-SD pour « actes de francs-tireurs ». Il fut interné successivement à Vesoul (Haute-Saône) puis Fresnes (Seine, Val-de-Marne) à partir du 6 juin 1944.
Condamné à mort le 13 juin 1944 par le tribunal militaire allemand du Gross Paris, rue Boissy-d’Anglas, Adrien Bernard a été fusillé le 24 juin 1944 stand de tir du ministère de l’Air. Il est souvent dit par erreur fusillé au Mont-Valérien à 15 h 15.
Il est inhumé au cimetière communal, à Gourgeon (Haute-Saône).
Le ministère des Anciens combattants attribua à Adrien Bernard la mention « Mort pour la France » le 25 février 1949, il fut homologué FFI.
Son nom est gravé sur la plaque du ministère de la Défense à Paris XVème, sur le monument de la Libération, à Besançon (Doubs), sur le monument aux morts, à Gourgeon et le Mémorail de la Résistance, à Vesoul (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161674, notice BERNARD Adrien, René, Charles par Delphine Leneveu, version mise en ligne le 2 mars 2016, dernière modification le 4 mai 2021.

Par Delphine Leneveu

SOURCES : AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — HD, Vincennes, Bureau Résistance : GR 16 P 50813. — Note d’Alain Simonnet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément