BRUNNER Eugène

Par Pierre Schill

Né le 4 janvier 1912 à Rumersheim-le-Haut (Haut-Rhin annexé), mort le 19 mai 1975 à Colmar (Haut-Rhin) ; sous-chef de gare ; secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Sarreguemines (Moselle) ; membre du bureau des syndicats cheminots CGT du 7e secteur de la SNCF.

Eugène Brunner s’installa à Sarreguemines (Moselle) en 1948 et commença à travailler à la SNCF. Il s’engagea dans le militantisme syndical et politique. Syndicaliste « convaincu » de tendance socialiste, il se heurta à la fin de l’année 1953 aux dirigeants communistes locaux, Eugène Steinmetz et Édouard Meyer, car il n’acceptait pas l’ingérence du Parti communiste dans les affaires du syndicat CGT des cheminots de Sarreguemines dont il était alors le président.
Eugène Brunner fut secrétaire du syndicat des cheminots CGT de Sarreguemines de 1950 à 1962. Après cette date il resta « réviseur de caisse » du syndicat. Il était membre du collectif du secteur des syndicats cheminots CGT du 7e secteur de la SNCF depuis la fin des années cinquante au moins. La conférence des syndicats de cheminots CGT du 11 mars 1962 entérina sa nomination à un poste de responsabilité à l’Union des cadres CGT d’Alsace-Lorraine.
Eugène Brunner se présenta aux élections municipales de mars 1965 à Sarreguemines sur la Liste d’Union démocratique présentée par le Parti communiste. Il obtint 1 184 voix sur 9 771 suffrages exprimés et ne fut donc pas élu.
À sa retraite en 1967, Eugène Brunner retourna s’installer à Hunawihr dans son Haut-Rhin natal.
Marié le 11 avril 1936 à Mulhouse (Haut-Rhin) avec Emma Anschutz, il fut père de deux filles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1617, notice BRUNNER Eugène par Pierre Schill, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 19 janvier 2012.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 76 J 94 ; 301 M 76 ; 151 W 821. — Arch. Com. Sarreguemines, 11 K 4 et fichier domicilaire. — Arch. personnelles de Roger Wilmet. — Renseignements fournis par Étienne Granier, Frédéric Lehmann, Gilbert Oswald et Didier Hemmert. — État-civil de Rumersheim-le-Haut.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément