RICARD René, Paul

Par Alain Dalançon

Né au hameau de La Bessède à Lacaze (Tarn) le 14 août 1912, mort le 26 janvier 1999 à Sarlat-la-Canéda (Dordogne) ; professeur d’EPS ; militant du SNEP, membre du BN, secrétaire corporatif de 1946 à 1956 ; cofondateur de la Fédération française de handball.

Le père de René Ricard était employé des chemins de fer et sa mère sans profession. Il épousa Marguerite Delfort le 4 août 1934 à Léobard (Lot).

Professeur d’éducation physique formé à la nouvelle École normale d’éducation physique, élève de la seconde promotion (1934-1936), il fut le premier président de l’Association des anciens élèves de l’ENEP créée en 1936 et un des artisans, avec Maurice Baquet, du rapprochement avec le Syndicat national des professeurs d’éducation physique dirigé alors par Etienne Orjollet. Il fut aussi un des introducteurs dans les établissements du second degré de la pratique du handball devenu le premier sport scolaire. Ce double engagement allait se poursuivre pendant et après la guerre.

Professeur à l’École normale supérieure d’éducation physique et sportive, René Ricard était un des principaux responsables du Syndicat national des professeurs d’éducation physique après la Libération. Membre de son bureau national, il en exerça la responsabilité de secrétaire corporatif de 1946 à 1956 aux côtés des secrétaires généraux Robert Surrel puis Germain Boutillier. Il était en outre un des principaux animateurs de l’Association des anciens élèves de l’ENEP, dont il devint vice-président à la fin des années 1950, la dirigeant effectivement en raison des problèmes de santé de sa présidente Mireille Fromentel.

Il prit surtout part à la diffusion du modèle sportif dans l’éducation physique par le handball dont il fut un des promoteurs et organisateurs en France. En 1940, il avait été parmi les cinq professeurs d’éducation physique, avec Raymond Cormontagne (premier secrétaire général du Syndicat des professeurs d’éducation physique), René Doradoux, Heyraud, Talbordet, à faire une démarche auprès de Robert Foulon, directeur des sports au commissariat général à l’Éducation générale et aux Sports dirigé par Jean Borotra, pour demander la création d’une fédération de handball. Ce dernier rejeta leur demande mais accepta d’intégrer à celle du basket une commission technique de handball, présidée par René Doradoux, professeur d’EP au lycée Chaptal, à laquelle René Ricard participa. Cette initiative déboucha en 1941 sur la création de la première véritable fédération française de handball, sous la présidence de René Bouet. René Ricard était en outre entraîneur au PUC (Paris université club) en 1942, quand y jouait Robert Mérand.

En 1946, il devint directeur technique de la Fédération de handball et sélectionneur de l’équipe de France. Il participa cette année-là au congrès international à Copenhague, où les huit nations participantes, dont la France, créèrent le 11 juillet 1946 la deuxième Fédération internationale de handball dont le siège se fixa à Stockholm. De retour de ce congrès, il signalait combien les règles du jeu étaient plus souples et les contacts corporels tolérés dans les autres pays et fit évoluer la pratique du jeu dans ce sens. En 1953, eut lieu en France la première compétition de handball à sept qui allait faire disparaître la pratique à onze, puis en 1955-1956 le premier championnat de France se joua suivant les règles du jeu à sept. Ricard fut le premier président de la commission centrale d’arbitrage et le théoricien du jeu à sept avec son collègue de l’ENSEPS, Jean Pinturault.

En 1971, René Ricard abandonna sa fonction de président de la CCA où il fut remplacé par Claude Bouligaud et en 1972, prenant sa retraite professionnelle, il quitta le poste de directeur technique national où lui succéda Jean-Pierre Lacoux. Le trophée qui récompense l’équipe championne de France de division 1 de handball s’appelle le « Challenge René Ricard ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161776, notice RICARD René, Paul par Alain Dalançon, version mise en ligne le 28 juillet 2014, dernière modification le 6 février 2016.

Par Alain Dalançon

OEUVRE : avec Jean Pinturault, Le hand-ball à 7 : généralités, tactique-technique, pédagogie, managerat, entraînement, Illustrations de Raymond Femeau, Bornemann, plusieurs éditions dans les années 1960 et 1970

SOURCES : Arch. SNEP.— Revue EP&S n° 34, janvier 1957. — Mikaël Attali, Jean Saint-Martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours. Les étapes d’une démocratisation, Colin, 2004.— Guillaume Véziers, Une histoire syndicale de l’éducation physique 1880-2002, la force du militantisme, Nouveaux Regards, Syllepse, Centre EPS et Société, 2007. .— Denis Abonnen, De l’amicale de l’ENEP à l’AEEPS (1936-1982), Engagement associatif et formation professionnelle continue des enseignants d’EPS, thèse de doctorat, Université de Provence, 2010.— État civil de Lacaze.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément