DELAGE Jean [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Communiste icarien né le 10 septembre 1810 à Saint Christophe (France), Jean Delage était installé à Paris comme charpentier. Figurant parmi les cent cinquante premiers admis dans la société chargée d’organiser le départ en Icarie, il partit finalement pour les États-Unis le 25 septembre 1849 et arriva à destination le 27 novembre. Il était accompagné de son épouse, née Rosalie Adélaïde Crespin vers 1831, et de deux enfants nés d’un premier mariage. Tous les quatre ainsi qu’une petite Diane, née dans l’Illinois, étaient membres de la communauté de Nauvoo en 1850. Jean Delage perdit un fils et une fille, en 1850 et 1851 ; le 1er août de l’année suivante, son épouse mourut à son tour du choléra.

En 1854, remarié, Jean Delage, était membre de la communauté avec son épouse (blanchisseuse), une fille (Élisa, née le 4 juin 1844) et deux belles-filles (dont l’une était mariée).

Jean Delage soutint Cabet contre ses opposants en 1850 et 1851. En 1856, il décida de rester fidèle au fondateur d’Icarie, et il vota en sa faveur le 12 mai 1856. Il demanda la citoyenneté américaine le 21 septembre 1857.

En 1883, Jean Delage reprit contact avec Jules Leroux par l’intermédiaire de Deniau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161931, notice DELAGE Jean [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 31 juillet 2014, dernière modification le 31 juillet 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : BN, Papiers Cabet, Nafr. 18 148, f. 209 ; Federal census 1850 ; Naturalization Records, Hancock County, Ill. ; Le Populaire de 1841 ; Colonie icarienne, 26 juillet, 27 septembre 1854 ; Colonie icarienne, 4 octobre 1854 ; É. Cabet, Guerre de l’opposition, août 1856, p. 63-64 ; L’Étoile des pauvres et des souffrants, 1er juillet 1883 ; Fernand Rude, « Allons en Icarie ». Deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, PUG, 1980, p. 172 ; notes de Robert Sutton et François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément