HORTEUR Marcel, Louis

Par Claude Delasselle

Né le 13 janvier 1925 à Charmoy (Yonne), fusillé par les Allemands le 23 décembre 1943 après condamnation, au champ de tir d’Égriselles-Venoy (Yonne) ; ouvrier ; résistant FTPF de l’Yonne.

Marcel Horteur
Marcel Horteur
Collection ARORY

Marcel Horteur était le frère jumeau de Robert Horteur, tous deux fils d’Eugène Horteur, employé de chemin de fer, et de Mélanie Gros. Il travailla en 1940 aux Docks de l’Yonne à Cheny, puis dans une scierie. Au printemps 1943, avec son frère Xavier, réfractaire au travail en Allemagne, il rejoignit dans une maison forestière près de Bellechaume son frère Robert qui faisait partie du groupe de Ravières, un des deux groupes constitutifs du maquis FTP Vauban.
Après l’arrestation, le 27 mai 1943, de quatre membres du groupe à Brienon, une partie d’entre eux s’installa à la ferme des Cornes, chez Alfrédine Trameau, dans l’attente d’une reprise de contact avec les responsables FTP. Fin juin, « Paulo » Jaminet, le CER des FTP de l’Yonne, leur proposa de créer un maquis dans les bois entre Mont-Saint-Sulpice et Rebourseaux, au sud de Saint-Florentin. Ce petit maquis, connu sous le nom de « maquis des frères Horteur », était commandé par Xavier et avait été renforcé par cinq prisonniers de guerre nord-africains ( voir Saïd Barich ) qu’ils avaient fait évader, peu de temps auparavant, d’un camp de travail agricole à Ancy-le-Franc.
Le 22 septembre, à la suite de l’arrestation de Xavier Horteur à Brienon, ce maquis fut attaqué par les forces allemandes et huit maquisards capturés ; Robert Horteur, en mission ce jour-là, échappa à l’arrestation (arrêté peu de temps après dans la Nièvre, il fut déporté et revint de déportation). Marcel Horteur fut incarcéré avec son frère Xavier et Maurice Berger à la prison d’Auxerre le même jour. Condamné à mort par le tribunal FK 745 d’Auxerre le 13 décembre, il a été fusillé en même temps que son frère Xavier et que Maurice Berger le 23 décembre 1943 au champ de tir d’Égriselles. Les tirailleurs nord-africains furent eux aussi condamnés à mort par le tribunal d’Auxerre et fusillés à Dijon le 31 juillet 1944.
Le nom de Marcel Horteur figure sur la stèle des fusillés d’Égriselles, sur le monument des déportés et internés fusillés de l’Yonne à Auxerre et sur la stèle commémorative de Saint-Agnan (Nièvre) où les maquisards du groupe Vauban avaient hiberné durant l’hiver 1443-1944.
Une avenue de L’Isle-sur-Serein porte le nom de : « avenue des Frères-Horteur ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162232, notice HORTEUR Marcel, Louis par Claude Delasselle, version mise en ligne le 29 septembre 2014, dernière modification le 28 février 2016.

Par Claude Delasselle

Marcel Horteur
Marcel Horteur
Collection ARORY

SOURCES : DAVCC, Caen, BVIII 4 (Notes Thomas Pouty). – CDrom, La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (fiche « Les frères Horteur »). – Robert Loffroy, Mémoires d’un résistant et militant communiste de l’Yonne, ARORY, 2014. – Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée, ANACR Yonne, 1990, p. 278-279. – Notes Claude Pennetier. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément